Les 247 exilés secourus par l'Ocean Viking ont débarqué en Sicile ce week-end. Crédit : SOS Méditerranée
Les 247 exilés secourus par l'Ocean Viking ont débarqué en Sicile ce week-end. Crédit : SOS Méditerranée

Les 247 migrants secourus par l’Ocean Viking, au large de la Libye, ont débarqué ce week-end à Pozzallo, en Sicile. Dans le même temps, le Sea Watch 4 a porté assistance à 129 personnes en Méditerranée centrale.

Après une semaine à bord de l’Ocean Viking, les 247 rescapés ont finalement pu accoster dans un port européen. Le débarquement des migrants dans le port sicilien de Pozzallo a débuté samedi 19 février et a pris fin dimanche.

Le navire humanitaire de SOS Méditerranée avait porté assistance à ces exilés lors de cinq opérations de sauvetages au large de la Libye, entre le 12 et le 14 février. Depuis, l’équipage avait, à plusieurs reprises, réclamé l’attribution d’un port sûr alors que la météo se dégradait en mer, décrivant "des vagues jusqu’à quatre mètres et jusqu’à 30 nœuds de vent".

Le Sea Watch 4 et le Geo Barents patrouillent en Méditerranée

Un autre navire a pris la relève de l’Ocean Viking en Méditerranée centrale. Le Sea Watch 4, de l’ONG allemande éponyme, a secouru, samedi, 129 migrants en détresse, répartis dans deux embarcations.

Par ailleurs, le Geo Barents de Médecins sans frontières (MSF) devrait bientôt atteindre la zone de recherche et de sauvetage (SAR zone). Le bateau humanitaire était lundi matin près des côtes siciliennes.

>> À (re)lire : Italie : un passeur arrêté après le décès de sept migrants, morts de froid en mer

Malgré des conditions météorologiques très mauvaises, les migrants continuent de tenter la traversée de la Méditerranée depuis les côtes libyennes et tunisiennes, dans l'espoir d'atteindre l'Europe. Depuis le début de l'année 2022, 10 500 personnes sont arrivées sur le Vieux continent en prenant la mer.

En ajoutant ceux qui ont emprunté la voie terrestre, un total de 11 986 migrants ont débarqué en Europe depuis janvier, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans le même temps, au moins 229 sont morts sur la route.

La rédaction tient à rappeler que les navires humanitaires (Ocean Viking, Sea Watch, Mare Jonio...) sillonnent une partie très limitée de la mer Méditerranée. La présence de ces ONG est loin d’être une garantie de secours pour les migrants qui veulent tenter la traversée depuis les côtes africaines. Beaucoup d’embarcations passent inaperçues dans l’immensité de la mer. Beaucoup de canots sombrent aussi sans avoir été repérés. La Méditerranée reste aujourd’hui la route maritime la plus meurtrière au monde.

 

Et aussi