Au Royaume-Uni, à Londres, une manifestation a eu lieu dimanche 5 mars en soutien aux Ukrainiens et contre l'invasion russe dans le pays. Crédit : Reuters
Au Royaume-Uni, à Londres, une manifestation a eu lieu dimanche 5 mars en soutien aux Ukrainiens et contre l'invasion russe dans le pays. Crédit : Reuters

Dans la querelle diplomatique opposant Londres à Paris, le gouvernement britannique a déclaré prendre son temps pour "veiller à agir pour ceux qui ont besoin de notre soutien". Paris reproche aux Britanniques de tarder à faire venir les Ukrainiens ayant de la famille outre-Manche. Quelque 400 exilés patientent aujourd'hui à Calais en attendant un visa.

Le gouvernement britannique a indiqué dimanche 6 mars qu’il ne pouvait pas "simplement" ouvrir les portes du Royaume-Uni, après avoir été critiqué par Paris pour son "manque d’humanité" à l’égard des Ukrainiens refoulés à Calais.

"Si nous ouvrons simplement la porte, nous n’avantagerons pas les personnes que nous devons avantager, les véritables réfugiés, mais je pense que nous minerons aussi le soutien populaire", a déclaré le ministre de la Justice, Dominic Raab, sur la BBC. "Nous devons veiller à agir pour ceux qui ont besoin de notre soutien", a-t-il ajouté.

>> À (re)lire : Les Européens accordent une "protection temporaire" inédite aux réfugiés d'Ukraine

Depuis plusieurs jours, plus de 400 Ukrainiens fuyant les bombardements russes sont arrivés dans le nord de la France à Calais dans l’espoir de rejoindre le Royaume-Uni. Mais impossible de passer. Gérald Darmanin a donc demandé au Royaume-Uni d'assouplir ses conditions d’octroi de visas. 

Le ministre français de l'Intérieur a critiqué, samedi, la "réponse totalement inadaptée" et le "manque d’humanité" du Royaume-Uni, dans une lettre adressée à son homologue britannique Priti Patel.

"Faire demi-tour"

Quelque 150 Ukrainiens ont même été invités par des représentants britanniques "à faire demi-tour" et à "se rendre à Paris ou Bruxelles" pour obtenir leurs visas dans les consulats, a affirmé Gérald Darmanin dans ce courrier consulté par l’AFP.

La maire de Calais Natacha Bouchart se dit elle aussi dans l'incompréhension. "Je ne comprends pas pourquoi ces procédures sont aussi longues", a-t-elle déclaré au micro de BFM-TV. "Et pourquoi le gouvernement britannique fait tout pour que ces ressortissants qui ont de la famille en Angleterre ne peuvent pas obtenir ces visas", a ajouté l'élue.

Depuis plusieurs jours, leur situation est source de frictions entre Londres et Paris, dont les rapports sont déjà tendus par la question des traversées illégales de migrants. Le gouvernement français avait annoncé jeudi dernier que le Royaume-Uni allait installer "une sorte de consulat" à Calais pour y délivrer directement des visas sur place aux Ukrainiens. Britanniques et résidents au Royaume-Uni peuvent en effet faire venir les membres de leur famille vivant en Ukraine – ils doivent obtenir pour cela un titre de séjour de trois ans, après des vérifications sécuritaires.

>> À (re)lire : La France met en place "des dispositifs d'accueil" pour les Ukrainiens

Mais "pour l’instant, c’est ‘on va voir, on va voir’, ça fait maintenant quatre jours", a déploré dimanche Gérald Darmanin à la radio Europe 1 et la télévision Cnews. "J’ai de très bonnes relations avec Mme Patel", a-t-il poursuivi. "Je suis sûr que c’est une femme de bien. Elle va résoudre ce problème, mais il faut qu’elle le résolve vite".

Plus de 1,5 million de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe, selon les derniers décomptes de l'ONU publiés dimanche 6 mars.


 

Et aussi