Des migrants à Calais, en 2021. Crédit : InfoMigrants
Des migrants à Calais, en 2021. Crédit : InfoMigrants

Le Secours Catholique a inauguré à Calais la semaine dernière une Maison d'entraide pour accompagner les migrants qui "ne veulent pas aller en Angleterre et souhaitent rester en France". À travers des cours de français et des formations, cette structure est complémentaire du centre d'accueil de jour de l'ONG déjà présent à Calais, et qui offre une aide "inconditionnelle" à tous.

Le Secours catholique a inauguré la semaine dernière à Calais une Maison d'entraide et de ressources (MER) à quelques rues seulement de son centre d’accueil de jour. Cette nouvelle structure, qui a vocation à accueillir une cinquantaine de personnes, a pour but d’aider les migrants qui souhaitent s’installer en France, "ceux qui n’ont pas pour rêve l’Angleterre", précise Juliette Delaplace, la chargée de mission du Secours Catholique sur le littoral, contactée par InfoMigrants.

C’est dans cette explication que réside toute la différence entre les deux centres du Secours Catholique installés à Calais. "Le premier, le centre de la rue de Croy, est une maison d’accueil inconditionnel, nous y faisons de l'accueil d'urgence. Les gens peuvent s'y reposer, y trouver un peu de répit physique et moral", détaille Juliette Delaplace. "Ils peuvent aussi recharger leurs téléphones, accéder à de l’eau, dormir un peu."

>> À (re)lire : À Calais, les associations outrées par la différence de traitement entre les Ukrainiens et les autres exilés

Le second a ouvert pour permettre un accompagnement des exilés dans la durée. "C’est un lieu qui s'adresse davantage à des demandeurs d'asile qui souhaitent rester en France", indique-t-elle, mais qui sont bloqués administrativement, à cause du règlement Dublin, ou parce qu’ils ont été déboutés du droit d’asile et cherchent à faire un recours. "Ce qu'on entend de plus en plus souvent ici, ce sont des gens qui nous disent : ‘On aimerait bien rester en France, mais là, on n’est pas en règle’. La MER peut aider ces personnes-là, leur offrir des cours de français, des formations... tout en essayant de débloquer leur situation administrative." 


La Maison d'entraide et de ressources (MER) est destinée à aider les migrants souhaitant rester en France. Crédit : Secours Catholique
La Maison d'entraide et de ressources (MER) est destinée à aider les migrants souhaitant rester en France. Crédit : Secours Catholique


La Maison d'entraide et de ressources propose aussi "un accompagnement juridique de qualité", rendu impossible par l'affluence au centre d'accueil de jour. "Ce qu'on souhaite, c'est que les personnes qui viennent à la MER mettent à profit le temps qu’ils ont pendant qu’ils sont bloqués administrativement."

Pour l'instant, une vingtaine de migrants se rendent quotidiennement dans ses locaux. Ils sont principalement originaires d'Érythrée, du Soudan et d'Algérie. "Nous espérons qu'à terme, une cinquantaine de personnes suivront nos formations là-bas", conclut la responsable du Secours Catholique.

>> À (re)lire : Démantèlement d’un camp de migrants à Grande-Synthe : "Le lieu de vie a été complètement démoli"

Ce lieu devra aussi permettre aux acteurs associatifs, confrontés quotidiennement à l'urgence, de réfléchir à leurs pratiques et de se former.

La MER a été installée dans une maison du doyenné de Calais, qui avait auparavant - sous le nom de "La Crèche" - servi à loger des migrants la nuit. Elle avait finalement été fermée par la mairie de Calais, qui y avait interdit l'hébergement, au motif que la sécurité des personnes n'y serait pas assurée. La cour de la Maison a également accueilli des distributions épisodiques de nourriture.

Sur le littoral nord de la France, les autorités revendiquent de lutter contre tout "point de fixation" (campements informels, squats....), et refusent la mise en place de centres d'hébergement à Calais, soulignant l'existence de deux centres d'accueil et d'examen des situations (CAES) dans le Pas-de-Calais.

 

Et aussi