Les garde-côtes tunisiens au large de Djerba, en Tunisie. Crédit : Picture alliance
Les garde-côtes tunisiens au large de Djerba, en Tunisie. Crédit : Picture alliance

Treize corps – dont six d'enfants – ont été retrouvés durant le week-end, sur les côtes tunisiennes, à la suite du naufrage de deux embarcations. Trente sept naufragés en tout ont pu être secourus mais 12 sont toujours portés disparus.

Nouveau drame au large de la Tunisie. Deux naufrages d'embarcations de migrants se dirigeant vers l'Europe ont fait une dizaine de morts durant le week-end, près des côtés tunisiennes. Vendredi 8 avril, neuf corps, dont ceux de quatre femmes et quatre enfants, ont été rejetés par la mer, au large de Sfax (centre-est), a indiqué à l'AFP Mourad Turki, le porte-parole du tribunal de Sfax.

Il a précisé que 18 naufragés avaient pu être secourus mais que deux autres exilés étaient toujours portés disparus.

>> À (re)lire : Au moins 25 corps de migrants rejetés sur la plage en Tunisie

Samedi 9 avril, quatre autres corps ont été repêchés (deux femmes et deux enfants), également au large de Sfax après le naufrage d'une autre embarcation qui se dirigeait aussi vers les côtes européennes avec, à son bord, une trentaine de personnes. Au moins 19 migrants ont été secourus et 10 autres sont encore portés disparus à la suite du drame, a indiqué Mourad Turki.

Tous les occupants des deux embarcations étaient originaires d'Afrique subsaharienne, ont précisé les autorités tunisiennes.

Des départs en hausse

Le nombre de tentatives de traversée de la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes est en hausse depuis l'année dernière.

>> À (re)lire : Crise politique, Covid, tarifs bas des passeurs... : les départs depuis la Tunisie ne cessent d'attirer de nouveaux clients  

Le phénomène concerne aussi bien les migrants subsahariens qui vivent en Tunisie mais n'y trouvent pas d'opportunités de travail, que les jeunes Tunisiens qui quittent un pays à la situation économique très dégradée, notamment du fait de la pandémie de Covid-19 et de l'instabilité politique.

Le 16 mars, le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) a indiqué que plus de 2 700 mineurs ont traversé la Méditerranée depuis la Tunisie pour rejoindre l'Italie en 2021. C'est quatre fois plus qu'en 2017, où 561 jeunes avaient atteint la péninsule. Ce chiffre ne concerne que ceux ayant réussi la traversée.

>> À (re)lire : Ali, Tunisien de 27 ans : "Soit je meurs en mer, soit j'arrive à atteindre l'Europe" 

Outre les mineurs, les arrivées, tous âges confondus, en Italie ont largement augmenté l'année dernière. Au total, 15 671 migrants ont réussi à atteindre le pays depuis les côtes tunisiennes en 2021, contre 12 883 en 2020, année de pandémie. En 2017, ils étaient seulement 6 151, toujours selon le FTDES.

Quant aux tentatives avortées, elles ont quasiment doublé : les garde-côtes tunisiens ont intercepté 25 657 migrants qui tentaient la traversée en 2021, contre 13 466 en 2020.

Pour ces candidats à l'exil, l'Italie, dont la politique d'accueil est pourtant toujours à l'état de tâtonnement, représente le pays de la côte européenne le plus proche de la Tunisie.

 

Et aussi