Des bateaux de pêche détruits au port de Zarzis. Crédit : InfoMigrants
Des bateaux de pêche détruits au port de Zarzis. Crédit : InfoMigrants

Selon l’Organisation internationale des migrations (OIM), au moins 12 migrants ont perdu la vie dimanche au large de la Tunisie dans le naufrage de leurs embarcations. Parmi les victimes, une femme et un bébé. Dix autres personnes sont quant à elles portées disparues.

La météo clémente de ces derniers jours a poussé nombre d’exilés à prendre la mer depuis les côtes tunisiennes, en direction de l’Europe. Et une nouvelle fois, ces tentatives de traversée de la Méditerranée ont été fatales pour certains d’entre eux.

L’Organisation internationale des migrations (OIM) a indiqué dimanche 24 avril qu’au moins 12 personnes avaient péri dans le naufrage de quatre bateaux et 10 autres étaient portées disparues. Près de 100 migrants ont pu être secourus par les forces tunisiennes, tandis que la plupart des cadavres ont été repêchés en mer.

"Les bateaux, des embarcations de fortune en très mauvais état, étaient partis des côtes proches de Sfax [au centre-est de la Tunisie, ndlr] dans la nuit du 22 au 23 avril'", a précisé à l’AFP Mourad Turki, porte-parole du tribunal de Sfax, chargé d’enquêter sur ces naufrages.

Une femme et un bébé parmi les victimes

"Une femme a été transportée en urgence vers l’hôpital mais est décédée à bord de l’ambulance. Parmi les victimes, il y avait aussi un bébé", a ajouté le porte-parole.

>> À (re)lire : Les pêcheurs tunisiens, sauveteurs de migrants malgré eux

La majorité de ces migrants étaient originaires de Côte d’Ivoire, du Mali, de Somalie ou du Nigéria, toujours selon Mourad Turki. Ce dernier craint d’autres départs dans les prochains jours "à la faveur de l’amélioration des conditions météorologiques".

Ces drames interviennent deux semaines après la découverte de 13 corps, dont ceux de six enfants, sur les plages tunisiennes et de la disparition de 12 personnes.

Plus de 500 morts depuis janvier

Des centaines de migrants, surtout provenant d'Afrique subsaharienne, rejoignent la Tunisie dans le but de gagner ensuite l'Europe, en traversant la Méditerranée, le plus souvent en s'entassant sur des bateaux de fortune.

L'Italie est l'un des principaux points d'entrée en Europe les exilés en provenance d'Afrique du Nord, qui arrivent principalement de Tunisie et de Libye, deux pays d'où les départs ont considérablement augmenté en 2021.

>> À (re)lire : En Tunisie, la ville de Zarzis submergée par les cadavres de migrants

Cette année-là, 15 671 migrants dont 584 femmes ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes contre 12 883 (dont 353 femmes) en 2020, d’après le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

Au total, plus de 123 000 migrants ont débarqué en Italie en 2021, contre quelque 95 000 l'année précédente, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Dans le même temps, les décès ont augmenté l’an dernier en Méditerranée centrale. Près de 2 000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés dans cette zone maritime, contre 1 401 en 2020. Depuis janvier, ils sont déjà plus de 500 à avoir péri en mer en tentant de rejoindre les côtes européennes.

 

Et aussi