Une opération de secours d'une embarcation de migrants dans la Manche, en avril 2022. Image d'illustration. Crédit : Twiter @Premar
Une opération de secours d'une embarcation de migrants dans la Manche, en avril 2022. Image d'illustration. Crédit : Twiter @Premar

Les services de secours français ont porté assistance à plusieurs embarcations de migrants en difficulté, jeudi. Plusieurs opérations de sauvetage avaient déjà eu lieu au début de la semaine. Les tentatives de traversées de la Manche ont repris de manière intense après une période de mauvais temps d'une dizaine de jours. Depuis le début de l'année 2022, près de 7 000 personnes ont rejoint illégalement le Royaume-Uni par la mer.

Londres espérait que les récentes mesures de lutte contre l'immigration irrégulière décourageraient les exilés de tenter de traverser la Manche pour rejoindre le Royaume-Uni. Il n'en est rien. Après une dizaine de jours sans traversée, fin avril, en raison du mauvais temps, les tentatives ont repris.

En témoignent les récentes opérations de sauvetage des services de secours français. La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a indiqué que plusieurs embarcations avaient été secourues jeudi 5 mai. Soixante-sept personnes ont été ramenées à terre.

"Le patrouilleur de la Garde-Côtes des douanes françaises Jacques Oudart Fourmentin, est engagé au large de Leffrinckoucke. Il récupère à son bord 11 naufragés et les dépose au port de Calais. Le bâtiment hydrographique Laplace, de la Marine nationale, est engagé à deux reprises, au large de Leffrinckoucke pour porter assistance à 56 naufragés. Une fois récupérés, les naufragés sont déposés au port de Calais", rapporte la préfecture dans un communiqué résumant le déroulé des opérations de sauvetage.

Une fois à quai, les 67 naufragés ont été pris en charge par la police aux frontières (PAF) et les pompiers, précise encore la préfecture.

Quelques jours plus tôt, le 2 mai, une embarcation en difficulté, avec 15 personnes à son bord, avait déjà été secourue au large de Quend, dans la Somme, à environ 90km au sud de Calais. Le 1er mai, les services de secours français avaient également été mobilisés pour venir en aide à huit personnes sur une embarcation au large de Sangatte. Trois d'entre elles se trouvaient alors en légère hypothermie, selon la préfecture maritime.

Nombreuses arrivées sur les côtes britanniques

Au Royaume-Uni, le retour d’un temps clément sur la Manche a coïncidé avec de nouvelles arrivées de migrants sur les côtes britanniques. Au total, dimanche 1er et lundi 2 mai, 547 migrants ont débarqué dans le sud du pays après avoir été interceptés en mer par les autorités britanniques.

Ces nombreuses arrivées surviennent après onze jours consécutifs sans arrivées. Les autorités avaient avancé que cette diminution pouvait s’expliquer par l’effet dissuasif de l’accord conclu entre le Royaume-Uni et le Rwanda. Mais il semblerait qu'il n'en soit rien. C'est bien la météo qui était en cause.

InfoMigrants a récemment interrogé des migrants à Calais qui attendent de pouvoir traverser la Manche. La plupart d’entre eux ont affirmé qu’ils comptaient toujours tenter de rejoindre les côtes britanniques malgré l’accord migratoire avec Kigali. "On va essayer de passer et, une fois là-bas, on fera tout pour ne pas aller au Rwanda", avait notamment déclaré à InfoMigrants Alladin, un jeune Soudanais de 25 ans.

Le gouvernement britannique multiplie ces derniers mois les annonces de mesures destinées à mettre un terme aux arrivées de migrants sur les côtes à bord de petites embarcations. Le gouvernement a notamment fait voter une loi sur l’asile dans le pays qui durcit considérablement l’accueil des demandeurs d’asile.

Ces mesures n’ont pas eu l’effet escompté. Depuis le début de l'année 2022, près de 7 000 personnes ont rejoint le Royaume-Uni, selon un comptage de l'agence PA. C'est trois fois plus que le bilan l'année dernière à la même période.

 

Et aussi