Des migrants secourus par l'Ocean Viking le 19 mai 2022. Crédit : SOS Méditerranée
Des migrants secourus par l'Ocean Viking le 19 mai 2022. Crédit : SOS Méditerranée

Le navire humanitaire de SOS Méditerranée a porté assistance à 297 personnes lors de plusieurs opérations de sauvetage au large de la Libye. Un homme gravement blessé a été évacué par les garde-côtes italiens lundi. L’Ocean Viking navigue désormais près des côtes siciliennes et maltaises à la recherche d’un port sûr pour débarquer les naufragés.

L’Ocean Viking a secouru 64 personnes lundi 23 mai en Méditerranée centrale, au large des côtes libyennes. Les rescapés ont passé 16 heures en mer avant d’être pris en charge par le navire humanitaire de SOS Méditerranée. Ils avaient dans un premier temps été repérés par le voilier d'Open Arms, l’Astral. Le petit bateau de l'ONG espagnole n’étant pas équipé pour effectuer un sauvetage, il était resté plusieurs heures à proximité de l’embarcation en détresse en attendant l’arrivée de l’Ocean Viking.

Ce quatrième sauvetage de SOS Méditerranée en quatre jours porte à 296 le nombre de migrants à bord de l’Ocean Viking.

La veille au soir, dimanche, l’équipage avait déjà porté assistance à 75 personnes à bord d’un canot pneumatique à une soixantaine de kilomètres de la Libye. Cette fois, c’est le voilier Nadir de l’ONG allemande Resqship qui a assisté les exilés pendant des heures avant la venue des équipes de SOS Méditerranée. Selon un communiqué de Resqship, les garde-côtes libyens arrivés sur zone ont demandé au Nadir de leur remettre les 75 naufragés. Mais l’ONG allemande a refusé, arguant qu’une telle opération serait contraire au droit international.

Peu après après ce sauvetage, un homme a été évacué par les garde-côtes italiens. Il souffrait de "graves blessures subies en Libye" qui nécessitaient "des soins immédiats dans un établissement médical à terre", a déclaré SOS Méditerranée sur son compte Twitter.

"Une personne disparue en mer"

Les deux premières opérations ont eu lieu dans la matinée du 19 mai. L’Ocean Viking a secouru 158 personnes réparties sur "deux pneumatiques impropres à la navigation et surchargés en zone SAR libyenne [zone de recherche et de sauvetage, ndlr]", a indiqué l’ONG.

Quelques heures avant ce sauvetage, un "évènement tragique" s’est produit à bord d’une de ces embarcations, rapporte SOS Méditerranée. Selon les témoignages des rescapés, cinq personnes sont tombées à l’eau. "Quatre ont pu regagner le bateau à la nage mais une n’a pas réussi et a disparu en mer".

L’Ocean Viking, avec ses 296 migrants à bord, navigue désormais près des côtes siciliennes et maltaises, à la recherche d’un port sûr. Parmi les exilés se trouvent au moins 40 femmes dont six sont enceintes et plusieurs enfants. Le plus jeune est un bébé âgé de seulement trois mois.

La Méditerranée centrale reste une des routes migratoires les plus meurtrières au monde. Depuis le début de l’année, au moins 588 migrants ont péri en Méditerranée centrale en tentant de rejoindre l’Europe sur des embarcations de fortune, d’après les chiffres de l’Organisation internationale des migrations (OIM). L’an dernier, ce chiffre s’élevait à 2 048. Et au total depuis 2014, ce sont près de 20 000 personnes qui sont mortes ou ont disparues dans cette zone maritime.

La rédaction tient à rappeler que les navires humanitaires (Ocean Viking, Sea Watch, Mare Jonio...) sillonnent une partie très limitée de la mer Méditerranée. La présence de ces ONG est loin d’être une garantie de secours pour les migrants qui veulent tenter la traversée depuis les côtes africaines. Beaucoup d’embarcations passent inaperçues dans l’immensité de la mer. Beaucoup de canots sombrent aussi sans avoir été repérés. La Méditerranée reste aujourd’hui la route maritime la plus meurtrière au monde.

 

Et aussi