Les embarcations clandestines interceptées par la garde maritime tunisienne sont coupées en deux pour empêcher leur réutilisation. Quelques carcasses pourrissent ainsi à proximité du port de Zarzis. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Les embarcations clandestines interceptées par la garde maritime tunisienne sont coupées en deux pour empêcher leur réutilisation. Quelques carcasses pourrissent ainsi à proximité du port de Zarzis. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants

Douze corps ont été récupérés en mer au large de la Tunisie, dans le sud-est, ce week-end, selon la presse locale qui cite les autorités. Il s’agit probablement de cadavres de migrants qui ont péri en tentant de rejoindre les côtes européennes à bord d’embarcations de fortune.

Les corps de 12 personnes ont été repêchés dimanche au large des côtes sud-est de la Tunisie, indique la presse locale. Les cadavres, en état de décomposition avancée, ont été découverts près de la plage de Skhira, entre la ville de Sfax et de Zarzis.

Selon les autorités, il s’agirait de migrants subsahariens qui tentaient d’atteindre l’Italie à bord de frêles embarcations, depuis les côtes libyennes.

>> À (re)lire : En Tunisie, la ville de Zarzis submergée par les cadavres de migrants

Les militants tunisiens craignent que la mer ne recrache d’autres dépouilles sur les plages de leur pays. En effet, un naufrage aurait eu lieu dans la zone ces derniers jours.

Des départs de plus en plus nombreux

Avec l’amélioration des conditions météorologiques, le rythme des départs de migrants s'accélère et de nombreux exilés meurent suite au naufrage de leur embarcation souvent inadaptée à une telle traversée.

Les migrants s’entassent dans des canots, qui prennent la mer depuis la Tunisie ou la Libye. Le 20 mai, les autorités tunisiennes ont annoncé que trois personnes avaient perdu la vie et une dizaine avaient disparu près de leurs côtes.

Quelques jours plus tôt, les corps de 24 migrants morts noyés avaient été retrouvés au large de Sfax. Leurs quatre embarcations avaient chaviré entre le 22 et le 30 avril tandis que 97 personnes avaient pu être secourues. Les dépouilles des victimes avaient été transportées à la morgue de Sfax, déjà saturée de cadavres.

>> À (re)lire : En Tunisie, une association lance à nouveau un cri d'alarme face à la gestion inhumaine des cadavres de migrants

Des embarcations parties de Libye sont également régulièrement secourues par la marine tunisienne. Le 16 mai, les autorités locales ont intercepté un bateau de 81 personnes en détresse. Le canot, en mauvais état, était parti d'un village situé à l'extrême-ouest de la Libye, Abu Kammash.

Au moins 715 morts depuis janvier

L'Italie est l'un des principaux points d'entrée en Europe pour les migrants en provenance d'Afrique du Nord, principalement de Tunisie et de Libye, deux pays d'où les départs ont considérablement augmenté en 2021.

Cette année là, 15 671 migrants, dont 584 femmes, ont réussi à atteindre le sol italien depuis les côtes tunisiennes, contre 12 883 (dont 353 femmes) en 2020, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES). 

Au total, plus de 123 000 migrants ont débarqué en Italie en 2021, contre quelque 95 000 l'année précédente, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Près de 2 000 migrants ont été portés disparus ou sont morts noyés en Méditerranée la même année, contre 1 401 en 2020, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Et depuis janvier 2022, au moins 715 personnes ont déjà perdu la vie en Méditerranée centrale.

 

Et aussi