Des migrants tentent de traverser illégalement la Manche. Image d'illustration. Crédit : Reuters
Des migrants tentent de traverser illégalement la Manche. Image d'illustration. Crédit : Reuters

Dix personnes ont été présentées à la justice cette semaine dans l'enquête sur la mort de 27 migrants au large de Calais, en novembre dernier. Les suspects sont notamment accusés d'homicides involontaires et de mise en danger d'autrui.

Une personne a été mise en examen, mercredi 29 juin, et neuf autres sont présentées ce jeudi 30 juin à un juge d'instruction parisien dans l'enquête sur le naufrage de migrants dans la Manche qui a fait 27 morts fin novembre, a indiqué une source judiciaire.

Au total, 15 suspects - 13 hommes et deux femmes - avaient été interpellées dimanche et lundi, selon cette source, confirmant une information du Parisien et de RTL. Cinq personnes ont été libérées sans poursuite à ce stade. 

>> À (re)lire : Maryam, 24 ans, première victime identifiée du naufrage de migrants dans la Manche

L'une d'elle a donc été mise en examen notamment pour homicides et blessures involontaires, mise en danger d'autrui et aide à l'entrée et au séjour d'un étranger en France en bande organisée. Elle a été placée en détention provisoire. Les neuf autres - en cours de présentation à un juge d'instruction - risquent également la mise en examen.

Victimes de 7 à 46 ans

Le 24 novembre 2021, vingt-sept migrants âgés de 7 à 46 ans sont morts dans le naufrage de leur bateau pneumatique au large de Calais. Ils tentaient de rejoindre la Grande-Bretagne. Parmi les victimes se trouvaient 16 Kurdes d'Irak, un Kurde d'Iran, 4 Afghans, 3 Éthiopiens, une Somalienne, un Égyptien et un Vietnamien. La ville de Calais avait été sous le choc d'une telle tragédie.

Seuls deux hommes avaient pu être secourus, un Kurde irakien et un Soudanais. Selon le Kurde irakien, interrogé par le média kurde Rudaw news, les naufragés avaient lancé des appels à l'aide aux autorités britanniques et françaises pendant la traversée. Elles sont restées sans réponse.

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord et le ministère britannique des Affaires étrangères avaient balayé ces accusations. D'après eux, il est impossible que l'appel des migrants en difficulté n'ait pas été traité.

86 personnes secourues

Ce naufrage, le plus meurtrier depuis que les migrants tentent de traverser la Manche, avait suscité un vif émoi en Europe et relancé les tensions entre la France et le Royaume-Uni.  

En revanche, il n'a pas permis d'enrayer les traversées de la Manche - qui n'ont jamais été aussi nombreuses. Chaque jour ou presque, des exilés tentent de partir des plages françaises pour rejoindre l'Angleterre. Mercredi 29 juin, 86 personnes ont été arrêtées par les autorités françaises en mer.

Entre le 1er janvier et le 13 juin 2022, "777 événements de traversées et tentatives de traversées en 'small boats', impliquant 20 132 candidats ont été recensés", selon le ministère français de l'Intérieur. C’est 68 % de plus qu’en 2021, à la même période.


 

Et aussi