Soixante trois personnes ont été secourue dimanche 3 juillet 2022 au large de Malte. Crédit : SOS Méditerranée
Soixante trois personnes ont été secourue dimanche 3 juillet 2022 au large de Malte. Crédit : SOS Méditerranée

Le navire humanitaire de SOS Méditerranée a secouru 63 migrants en détresse au large de Malte, dans la soirée du dimanche 3 juillet. L'Ocean Viking compte désormais à son bord 291 personnes, dont des femmes, des enfants et un bébé.

C’est le 7e sauvetage en moins de 10 jours, rappelle l’ONG SOS Méditerranée. Dans la soirée du dimanche 3 juillet, l’Ocean Viking, son navire humanitaire, a porté secours à 63 personnes, en détresse en mer Méditerranée. L’embarcation en bois était surchargée, en mauvais état et menaçait de couler à tout moment. Le canot a été secouru dans les eaux maltaises, précise l’ONG sur Twitter.

Ce n'est pas la première fois que les autorités de Malte, en charge des secours dans leur secteur maritime, ne se déplacent plus pour porter assistance aux canots de migrants à la dérive. Généralement, les navires humanitaires n'arrivent jamais en entrer en contact avec La Valette, ni pour se faire aider lors des opérations de sauvetage, ni pour un éventuel débarquement des rescapés dans un port maltais.

En comptant les précédents sauvetages, l’Ocean Viking compte désormais à son bord 291 personnes. Les opérations se sont dernièrement enchainées tous les jours ou presque. Jeudi 30 juin et vendredi 1er juillet, trois embarcations en difficulté avaient déjà été approchées par le navire de SOS Méditerranée. Parmi les rescapés se trouvaient déjà "34 mineurs non-accompagnés, quatre femmes enceintes, huit enfants et un bébé de neuf mois".

>> À (re)lire : Malte, ou le refus assumé de porter secours aux migrants en détresse en Méditerranée


A la date du 4 juillet 2022, l'Ocean Viking était en attente d'un port sûr au large de Malte. Crédit : Marine Traffic
A la date du 4 juillet 2022, l'Ocean Viking était en attente d'un port sûr au large de Malte. Crédit : Marine Traffic


Le Geo Barents autorisé à débarquer dans un port italien

Des drames surviennent régulièrement en mer Méditerranée, spécialement l'été quand les conditions météorologiques permettent une augmentation des tentatives des traversées. Fin juin, plus d'une vingtaine de migrants ont trouvé la mort dans le naufrage de leur embarcation. Le Geo Barents, le navire de l'ONG Médecins sans frontières, était arrivé trop tard sur les lieux. Un bébé de 4 mois a été sauvé in extremis des flots.

Le navire a reçu l'autorisation de débarquer les survivants, dimanche soir, dans le port de Tarante, dans le sud de l'Italie.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime le nombre de morts et de disparus en Méditerranée centrale à 1 553 en 2021. Depuis le début de l'année, 777 migrants y ont disparu, selon l'agence onusienne.

La rédaction tient à rappeler que les navires humanitaires (Ocean Viking, Sea Watch, Mare Jonio...) sillonnent une partie très limitée de la mer Méditerranée. La présence de ces ONG est loin d’être une garantie de secours pour les migrants qui veulent tenter la traversée depuis les côtes africaines. Beaucoup d’embarcations passent inaperçues dans l’immensité de la mer. Beaucoup de canots sombrent aussi sans avoir été repérés. La Méditerranée reste aujourd’hui la route maritime la plus meurtrière au monde.

 

Et aussi