Capture d’écran de la vidéo montrant l’expulsion d’un irakien débout du droit d’asile.
Capture d’écran de la vidéo montrant l’expulsion d’un irakien débout du droit d’asile.

Depuis 2015, la Finlande a durci ses conditions d’accès à l’asile. Les demandeurs d’asiles irakiens, somaliens et afghans déboutés de leur requête risquent maintenant d’être expulsés du pays. La Finlande ne leur accorde plus la protection humanitaire car la situation sécuritaire de ces trois pays est jugée bien meilleure. Pourtant la guerre continue d’y sévir.

Sur les réseaux sociaux, nombre de vidéos documentent le renvoi forcé de déboutés d'irakiens, déboutés du droit d'asile qui craignent pour leur sécurité. Dans l’une de ces vidéos publiées en février 2017 sur Facebook, Aziz, irakien originaire de la ville de Bassora, débouté du droit d’asile en Finlande, filme son expulsion vers l’Irak. Dans la vidéo, il est dans un aéroport en Turquie, dernière escale avant l’Irak. Il est entouré de forces de sécurité et porte une ceinture autour de la taille avec des passants pour les mains qui, selon des activistes irakiens, servent à prévenir tout acte de résistance lors de l’embarquement à bord de l’avion.


Dans cette autre vidéo, huit membres d’une même famille, dont sept enfants, sont à bord d’une voiture de police. Ils vivaient dans le camp de réfugiés de Turku en Finlande avant d’être transférés dans un centre de détention, où ils attendent leur expulsion vers l’Irak. 



Dans cette autre vidéo, un jeune irakien, arrivé en Finlande il y a un an et demi, se filme dans un centre de détention. Il a déposé une demande d’asile en Finlande et épuisé tous les recours. Les autorités veulent maintenant l’expulser. Lui qui se sent bien et en sécurité en Finlande se demande, visiblement désespéré : "Où est passée l’humanité ? "



"Les autorités m'ont signifié que je n’avais pas assez de documents pour prouver que ma vie et celle de ma famille sont en danger"


Ahmed Mahmoud, demandeur d'asile irakien, vit au Nord de la Finlande. Il travaillait comme photographe à Bagdad:

J’ai dû quitter l’Irak à cause de la guerre. Moi et ma famille avons fait l’objet de menaces. Je suis entrée en Finlande en juin 2015 à l’issue d’un voyage long et pénible, en passant par la Turquie et la Grèce.

Ma demande d’asile a été rejetée par l’Office national de l’immigration. Ils m’ont signifié que je n’avais pas assez de documents pour prouver que ma vie et celle de ma famille sont en danger. Pourtant, les menaces sont réelles. Mon cousin veut ma mort et soumet les autres membres de ma famille à des menaces. J’ai présenté un recours au tribunal administratif. Je ne veux pas retourner en Irak. Le pays est en guerre et mon retour signifie ma mort.
En janvier 2017, la diffusion d’une vidéo montrant l’expulsion forcée d’un jeune irakien de 19 ans vers Bagdad a suscité la colère des militants des droits de l’homme en Finlande.

 

Et aussi

Webpack App