L’Ocean Viking a reçu, samedi 30 juillet 2022, l’autorisation de débarquer ses rescapés, dont de nombreux enfants, en Italie. Crédit : Twitter / SOS Méditerranée
L’Ocean Viking a reçu, samedi 30 juillet 2022, l’autorisation de débarquer ses rescapés, dont de nombreux enfants, en Italie. Crédit : Twitter / SOS Méditerranée

Après plusieurs jours d'attente en mer, les 387 migrants à bord de l'Ocean Viking ont finalement pu débarquer à Salerne, en Italie, ce lundi. Le Sea Watch 3, qui transportait 438 migrants, a, lui, pu accoster à Tarante au cours du week-end. Quant au Geo Barents, ses 659 rescapés sont toujours dans l'attente d'un port sûr.

“Soulagement”. Après une semaine d’attente, l’Ocean Viking, navire humanitaire de SOS Méditerranée, a finalement pu débarquer ses rescapés, dont de nombreux enfants, lundi 1er août dans le port de Salerne, en Italie.

"Les sauvetages des 387 femmes, enfants et hommes (...) sont enfin terminés. Tous ont débarqué aujourd'hui en sécurité (...). Nous leur souhaitons de recevoir les soins médicaux et l'assistance qu'ils méritent", a tweeté l’ONG.

Entre dimanche 24 et lundi 25 juillet, l’Ocean Viking avait secouru 387 migrants au cours de cinq opérations en Méditerranée centrale. Parmi eux figurent 150 mineurs, dont 80 % sont non-accompagnés, a précisé l‘ONG. Dans les jours qui avaient suivi, l’équipage avait demandé l’autorisation d’accoster en Italie

Les 438 rescapés du Sea Watch 3 débarquent

Samedi, un autre navire humanitaire, le Sea Watch 3, de l’ONG allemande éponyme, avait déjà pu débarquer les 438 migrants secourus en mer qu’il transportait, en Italie lui aussi. Les naufragés et l’équipage ont accosté dans le port de Tarante, après une semaine en mer. 

>> À (re)lire : Fuir par la mer et atteindre l'Italie, le "destin inévitable" de milliers d'Égyptiens rongés par la pauvreté

“Nous sommes heureux pour eux qu’ils aient survécu à l’horreur que constitue cette dangereuse fuite et qu’ils soient à présent en sécurité”, a tweeté l’ONG Sea-Watch. 

Le Sea Watch 3 avait porté assistance à 444 migrants lors de cinq opérations de sauvetage survenues entre le samedi 23 et le dimanche 24 juillet au large de la Libye. Six exilés, dont une femme enceinte et un enfant souffrant de brûlures, avaient été évacués dans les jours suivants par les garde-côtes italiens afin de recevoir des soins dans un hôpital, portant à 438 le nombre d’exilés toujours à bord. 

Le Geo Barents a "besoin d’un endroit sûr de manière urgente" 

Un troisième navire humanitaire, le Geo Barents, de Médecins sans frontières, reste dans l’attente d’un port sûr. Ce navire a pris en charge 659 exilés lors de 11 opérations, dont la dernière a eu lieu jeudi 28 juillet.  

“Nous avons adressé de nombreuses demandes aux autorités compétentes pour débarquer dans un port sûr mais nous n’avons pour l‘instant pas de réponse positive”, a affirmé l’ONG samedi. Plus de 150 mineurs, dont de très jeunes bébés, sont à bord du Geo Barents. 

>> À (re)lire : En Méditerranée, les arrivées de migrants toujours nombreuses sur les côtes italiennes

“Nos pensées vont aux survivants sur le Geo Barents qui sont bloqués en mer, a déclaré l’ONG SOS Méditerranée. Ils ont besoin d’un endroit sûr de manière urgente." 

Depuis le mois de janvier 2022, 875 exilés ont péri en Méditerranée centrale, selon l'Organisation internationale des migrations. Et depuis 2014, année du premier recensement, près de 20 000 migrants sont morts ou ont disparu dans cette zone maritime. 

La rédaction tient à rappeler que les navires humanitaires (Ocean Viking, Sea Watch, Mare Jonio...) sillonnent une partie très limitée de la mer Méditerranée. La présence de ces ONG est loin d’être une garantie de secours pour les migrants qui veulent tenter la traversée depuis les côtes africaines. Beaucoup d’embarcations passent inaperçues dans l’immensité de la mer. Beaucoup de canots sombrent aussi sans avoir été repérés. La Méditerranée reste aujourd’hui la route maritime la plus meurtrière au monde. 

 

Et aussi