Les garde-côtes tunisiens au large de Djerba, en Tunisie. Crédit : Picture alliance
Les garde-côtes tunisiens au large de Djerba, en Tunisie. Crédit : Picture alliance

Dans la nuit de vendredi à samedi, les autorités tunisiennes ont intercepté 17 tentatives de départs vers l'Italie. Elles affirment avoir porté assistance à 255 personnes. C'est la seconde opération de ce type en moins d'un mois, alors que les traversées se multiplient en période estivale.

Les autorités tunisiennes ont intercepté 255 personnes qui tentaient de rejoindre l'Italie par la mer, dans la nuit du vendredi 5 au samedi 6 août, a annoncé, dimanche, la garde nationale. L'opération a concerné 17 tentatives de départs, menées le long de la côte est de la Tunisie. Les embarcations interceptées avaient toutes pour destination, les côtes italiennes.

Parmi les candidats au départ, 170 exilés provenaient de pays d'Afrique subsaharienne. Les autres étaient tous des Tunisiens, détaillent les autorités. Leur communiqué précise qu'une "somme de devises étrangères leur a été saisie", sans plus de détails.

Dès le vendredi 5 août, la garde nationale avait interpellé "dans une opération préventive" cinq individus qui "s'apprêtaient à mener une opération d'immigration clandestine à partir de la côte de la province de Sousse, dans l'est du pays", a ajouté le porte-parole de la garde nationale, Houcem Eddine Jebabli.

Une précédente opération similaire

Il s'agit de la seconde opération d'ampleur en moins d'un mois. Lundi 18 juillet, les garde-côtes tunisiens avaient annoncé avoir porté secours à 455 migrants, au cours de 37 opérations de sauvetage au large des côtes nord, est et sud du pays : 289 passagers venaient d'Afrique subsaharienne, les autres étaient Tunisiens.

Chaque année, les tentatives de traversée de la Méditerranée par des Tunisiens et des personnes d’Afrique subsaharienne augmentent durant la période estivale. La région de Sfax (centre-est de la Tunisie) est l'un des principaux points de départ des migrants tunisiens et étrangers vers les côtes italiennes.

>> À (re)lire : Santé des migrants : un nouveau centre d'accueil de jour ouvre ses portes près de Tunis

Entre le 1er janvier et le 22 juillet 2022, 34 000 personnes sont arrivées par la mer en Italie, selon le ministère de l'Intérieur italien.

En 2021, sur la même période de l'année, ils étaient 25 500 et 10 900 en 2020, toujours selon le ministère de l'Intérieur italien.

Route maritime meurtrière

Lors du week-end du 23 et 24 juillet, un millier de migrants avait tenté de rejoindre l'Italie. Plus de la moitié d’entre eux, se trouvant à bord d'un bateau de pêche, avaient été secourus par un navire marchand au large de la Calabre, au sud de la botte italienne. Cinq passagers étaient décédés à l'arrivée des secours.

Trois patrouilleurs des garde-côtes et une unité de la police financière avaient été nécessaires pour secourir le reste des personnes, dont certaines avaient été "récupérées directement dans l'eau", affirmaient les autorités.

Depuis le début de l’année, au moins 1 200 personnes ont perdu la vie en Méditerranée centrale, indique l'Organisation Internationale pour les migrations (OIM). L’an dernier déjà, plus de 3 000 exilés avaient été portés disparus ou sont morts noyés dans ces eaux.

 

Et aussi