Les trois hommes sont restés durant 11 jours sur le gouvernail du pétrolier, parti de Lagos, Crédit : Salvamento maritimo, Twitter
Les trois hommes sont restés durant 11 jours sur le gouvernail du pétrolier, parti de Lagos, Crédit : Salvamento maritimo, Twitter

Les garde-côtes espagnols ont annoncé avoir secouru trois migrants qui voyageaient clandestinement sur le gouvernail d'un paquebot parti de Lagos, au Nigeria, et arrivé dans l'archipel des Canaries, lundi. Le trajet dans ces conditions très dangereuses a duré 11 jours.

L'image est impressionnante. Sur une photo prise par le Salvamento maritimo, les secours maritimes espagnols, trois hommes, vêtus légèrement, sont assis sur le gouvernail d'un immense paquebot en mer, les pieds flottant à quelques centimètres de la surface de l'eau. Comparés au mastodonte des mers longs de 183 mètres, ils semblent minuscules et vulnérables. 

C'est dans ces conditions dangereuses, à l'air libre et à la merci des remous de la mer, que ces migrants nigérians ont voyagé clandestinement durant 11 jours. Le pétrolier Althini II, sous lequel ils avaient pris place, était parti de Lagos, au Nigeria, le 17 novembre et est arrivé à Las Palmas, sur l'île de Grande Canarie, dans l'archipel espagnol des Canaries, lundi 28 novembre.

Les garde-côtes espagnols ont annoncé les avoir secourus à l'arrivée du bateau. 

Les migrants doivent être renvoyés chez eux, selon un porte-parole de la police

Les migrants ont été menés au port et ont fait l'objet de soins médicaux, ont déclaré les garde-côtes sur Twitter. Ils ont ensuite été hospitalisés pour déshydratation modérée et hypothermie, ont précisé les services d'urgences sur place et la Croix rouge.

>> À (re)lire : Route vers les Canaries : Lanzarote devient le premier "port" d'arrivée pour les migrants venus d'Afrique

Un porte-parole de la police a déclaré, mardi à Reuters, que les trois hommes devaient désormais être renvoyés chez eux. Selon ce dernier, il est de la responsabilité de l'opérateur du navire de prendre en charge les clandestins, de leur fournir un hébergement temporaire et de les renvoyer dans leur pays d'origine aussi vite que possible.

Toutefois, les migrants peuvent être autorisés à rester en Espagne s'ils y déposent une demande d'asile, a nuancé Helena Maleno, directrice de Caminando Fronteras (Walking Borders), une association de défense des migrants. "À plusieurs occasions par le passé, des clandestins ont été en mesure de rester en Espagne avec l'asile politique", note-t-elle.

Ces dernières années, de telles traversées périlleuses avaient déjà été enregistrées sur cette route. En novembre 2020, trois personnes avaient déjà été retrouvées sur le gouvernail du bateau l'Ocean Princess II. Un mois auparavant, trois autres personnes avaient, déjà, voyagé de la sorte cachées sur un pétrolier norvégien. Les deux navires avaient, eux aussi, quitté Lagos pour rejoindre Las Palmas.

La route des Canaries est très empruntée par les candidats à l'exil venus d'Afrique. Depuis début 2022, plus de 11 600 personnes ont rejoint l'archipel par bateau, selon des chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

 

Et aussi