Des tentes installées dans le 15e arrondissement de Paris. Crédit : Association Aurore/InfoMigrants
Des tentes installées dans le 15e arrondissement de Paris. Crédit : Association Aurore/InfoMigrants

Près de 500 migrants seront hébergés temporairement dans un nouveau centre humanitaire installé "en trois jours", à la périphérie sud de Paris. Cet hébergement temporaire devrait accueillir une partie des 2 450 migrants évacués ce vendredi matin de leur campement porte de la Chapelle.

Après l'évacuation de plus de 2 000 migrants, porte de la Chapelle, ce vendredi, près de 500 d’entre eux ont pris le chemin d’un nouveau campement humanitaire aménagé dans le 15e arrondissement de Paris. "Ce centre peut accueillir 446 personnes pour une durée de 15 jours", explique Perrine Decquecker, responsable des relations avec les médias pour l'association d'aide aux migrants, Aurore. "A 10h ce matin, les premières personnes ont commencé à arriver, par groupe de 10", ajoute-t-elle. 

Situé à quelques rues de la Porte de Versailles et du Parc des expositions sur un terrain de sport de l’université Paris II Panthéon Assas, ce campement "ultra temporaire", installé "en trois jours" comprend deux gymnases en dur et une trentaine de tentes. "Chacune d'entre elles peut accueillir 10 personnes", précise Perrine Dequecker qui tient à souligner le caractère provisoire de ces aménagements. "Nous devons rendre le terrain dans une quinzaine de jours. Le contrat n'est renouvelable qu'une fois", précise-t-elle. 

Les premiers migrants arrivent dans le centre du 15e arrondissement aprs lvacuation de la porte de la Chapelle Crdit  Association AuroreInfoMigrants

"Nous sommes une sorte de duplication provisoire du centre de la Chapelle. Nous sommes là le temps de désengorger la bulle [autre nom donné au centre du nord de Paris]". Les autres migrants évacués ce matin iront dans une vingtaine de CAO [centres d'accueil et d'orientation] répartis sur l’île de France", précise de son côté une responsable de la communication de la préfecture. Le maire de l'arrondissement, Philippe Gougon (Les Républicains), a protesté dans une lettre à ses administrés contre l'ouverture de ce centre. Il déclare n’avoir pas été prévenu "officiellement" de cette arrivée.

A l'intérieur du camp humanitaire, des membres du Samu social et de l’Office français pour l’immigration et l’intégration (Ofii) seront là pour aider les migrants. Ces derniers "feront l'objet d'un examen complet et approfondi de leur situation administrative" et seront orientés en fonction "dans des structures d'hébergement adaptées à leur situation", affirment les autorités dans un communiqué. 

Les tentes ont été dressées sur un terrain appartenant au CROUS,  le service public de la vie étudiante de Paris.

"Les primo-demandeurs d'asile seront orientés dans le dispositif national afin de poursuivre leur démarche en France. Les personnes connues dans un autre Etat membre [les "dublinés"] seront prises en charge temporairement le temps que soit organisé leur retour vers cet Etat membre, qui a seul vocation à instruire leur demande d'asile. Les personnes déboutées du droit ou en situation irrégulière auront vocation à être reconduites à la frontière", détaillent-elles.

Des centaines de migrants ont été évacués de la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, ce vendredi matin. C’est la 35e opération de démantèlement en deux ans dans la capitale. L’évacuation a commencé à 6h du matin, sous la pluie. Près de 350 policiers ont été mobilisés pour diriger les migrants vers des bus.

Les premiers bus arrivent dans le 15e arrondissement. Crédit : association Aurore/InfoMigrants

 

Et aussi