Un migrant près de sa tente à Calais, le 18 janvier 2018. Crédit : Mehdi Chebil
Un migrant près de sa tente à Calais, le 18 janvier 2018. Crédit : Mehdi Chebil

L’inspection générale de la police nationale (IGPN), communément appelée "police des polices", a été saisie vendredi après la rixe qui a opposé des migrants à des CRS jeudi, rapporte La Voix du Nord.

L’inspection générale de la police nationale (IGPN), surnommée la "police des polices", a été saisie vendredi 30 janvier à la suite des affrontements qui ont éclaté jeudi entre une cinquantaine de CRS et une centaine de migrants, à Calais, rapporte La Voix du Nord

La rixe a commencé quand les forces de l’ordre ont entrepris de démanteler un campement à proximité d’un lieu de distribution, rue de la Verrotières. Les migrants ont jeté des pierres aux CRS qui ont répondu par des jets de grenades lacrymogènes.

Quatre migrants ont été blessés au cours de ces affrontements et ont dû être conduits à l’hôpital, selon la Préfecture. Un Érythréen de 16 ans souffre de plusieurs fractures du crâne et a été gravement blessé à l’œil. Deux CRS ont également été blessés.

"Il y a blessures avec utilisation de moyens de police, c'est ce qui explique la saisie de l'IGPN", a expliqué le Parquet, confirmant l’information de la Voix du Nord. "L'enquête est ciblée sur la blessure de cette personne et [savoir] si ça a une relation avec l'action de la police."

Le jeune homme a été conduit à l’hôpital de Dunkerque où il devrait subir une opération chirurgicale dans le but "d'explorer la blessure et de retrouver des débris de quelque chose qui permettraient d'identifier le projectile", a précisé le Parquet.

Deux migrants ont été interpellés et placés en garde à vue au commissariat de Calais. "L’un des deux, mineur, sera déféré, samedi matin, et présenté devant le juge des enfants au tribunal de Boulogne-sur-Mer", précise La Voix du Nord.


 

Et aussi