Une annonce affichée dans un centre d’accueil | Crédit: Jannie Pappadimitriou
Une annonce affichée dans un centre d’accueil | Crédit: Jannie Pappadimitriou

Un nouveau site web a été créé pour aider les réfugiés à apprendre la langue de leur pays d'accueil. Mais, fait tout aussi important, les "outils" ont également été conçus pour soutenir les bénévoles qui aident les réfugiés.

Avec l'afflux massif de demandeurs d'asile en Europe ces dernières années, les États membres de l'UE se sont efforcés de trouver les meilleurs moyens de soutenir les personnes en matière d'intégration et d'acquisition du langage. En guise de réponse, le Conseil de l'Europe (CdE) a lancé en novembre 2017 une "boîte à outils" contenant 57 "outils" conçus pour combler des lacunes identifiées dans de nombreuses communautés. Élaboré par un groupe d'experts, cet outil est destiné aux organisations, et plus particulièrement aux bénévoles qui apportent un soutien linguistique aux réfugiés adultes.

Le Conseil de l’Europe et l’objectif de la boîte à outils

A ne pas confondre avec l'Union européenne, le CdE est une organisation internationale dont l'objectif déclaré est de "réaliser une plus grande unité entre ses membres en vue de sauvegarder et de réaliser les idéaux et les principes qui sont leur patrimoine commun et de faciliter leur développement économique et social". Cette institution joue un rôle actif dans les questions de migration depuis 1968 et elle a déjà mis en place un programme intitulé Intégration linguistique des migrants adultes (ILMA).

L'ambassadeur Erdogan Iscan, représentant permanent de la Turquie auprès du Conseil de l'Europe, a décrit cette boîte à outils comme "une nouvelle initiative pour faciliter la cohésion sociale et renforcer la dignité des réfugiés. Il leur offre un moyen de devenir autonome en apprenant à connaître la langue du pays d'accueil."

S'exprimant lors du lancement du site web, Villano Qiriazi, chef de la Division des politiques éducatives, a déclaré que ce nouveau développement s'inscrivait dans une longue tradition de politiques linguistiques et qu'il était fondé sur les ressources et les résultats de six décennies de travail.

La boîte à outils du Conseil de l’Europe vise à aider les bénévoles et les réfugiés

Matthew Johnson, Directeur de la citoyenneté démocratique et de la participation, a expliqué que la boîte à outils "sert d'exemple de la manière dont les besoins sont d'abord identifiés, les réponses appropriées développées puis proposées aux Etats membres et aux acteurs/intervenants clés" pour la mise en œuvre. Il a tweeté une courte vidéo de Tomas Bocek, Représentant spécial du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe sur les migrations et les réfugiés, qui s’exprime sur le projet.

Que contient la boîte à outils?

Les 57 outils sont divisés en trois sections. La première section comprenant les outils 1 à 13 fournit des informations de base aux personnes travaillant avec les réfugiés sur la sensibilisation culturelle. Par exemple, il peut être important de comprendre que les hommes et les femmes peuvent réagir différemment dans des situations de groupe, ou qu'il peut y avoir des problèmes culturels au sein même d'un groupe de demandeurs d'asile souhaitant apprendre une langue. L’outil numéro 4 fournit les conseils suivants aux personnes qui dirigent de tels groupes : "Une bonne façon de minimiser les risques de conflits interculturels et de malentendus lors du soutien linguistique est d'encourager le groupe à créer sa propre culture, avec des règles admises par tous et des références partagées".

La section 2, comprenant les outils 14 à 33, est axée sur la préparation et la planification, mais elle contient également des informations sur l'identification des besoins les plus urgents des réfugiés (outil 24) par exemple. La façon dont les outils sont présentés est utile pour définir ce qu'un bénévole doit faire ou, plus important encore, ce qu'il ne peut pas faire. Par exemple, l'outil 24 conseille aux personnes qui travaillent avec des réfugiés de "prendre conscience que le fait de s'occuper des victimes de traumatismes peut être traumatisant. N'essayez donc jamais de traiter les cas par vous-mêmes : faites appel à des professionnels comme les psychologues et le personnel médical, et partagez vos expériences avec les superviseurs ou dans des groupes de consultation par les pairs."

La troisième section, comprenant les outils 34 à 57, traite spécifiquement de l'enseignement des langues en fonction des situations que les réfugiés et les demandeurs d'asile sont susceptibles de rencontrer, par exemple, avoir recours aux services de santé ou encore acheter du crédit pour un téléphone mobile.

Les attentes dépassées

Philia Thalgott, directrice du programme des politiques linguistiques au Conseil de l’Europe, a déclaré à InfoMigrants que la réponse à la boîte à outils avait dépassé toutes les attentes. Au cours des deux premières semaines, il y a eu 4232 téléchargements sur le site.

De nombreux experts ont participé à l'élaboration de la boîte à outils du Conseil de l'Europe

Les outils font partie du domaine public et ils sont accessibles sans condition. Ils sont disponibles en format PDF et Word, ce qui signifie qu'il est possible d'ajouter ou de personnaliser les informations en fonction des besoins individuels. Sept langues sont à disposition: anglais, allemand, grec, italien, français, néerlandais et turc. Selon Philia Thalgott, il n'est pas prévu d'ajouter d'autres langues, même si "les gens peuvent volontiers traduire eux-mêmes les outils dans d'autres langues", précise-t-elle.

De nombreuses grandes organisations travaillant avec les réfugiés, telles que l'ONU, l'UE et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont déclaré que ces outils complètent les pratiques qu'elles suivent déjà. Les ONG qui organisent des cours de formation pour aider les réfugiés ont pu utiliser ces outils comme modèles. En outre, des enseignants formés en Italie ont trouvé la boîte à outils utile pour structurer leurs leçons, même si le but premier était d'aider des bénévoles non formés à enseigner la langue. Cela signifie que la base d’utilisateurs a été beaucoup plus large que prévue.

Pour plus d'informations sur la boîte à outils et les autres ressources gratuites du Conseil de l'Europe, veuillez consulter la page Internet du Conseil de l'Europe.



 


 

Et aussi