Hamad a bénéficié du programme Hope et suit une formation en cuisine. Capture d'écran YouTube
Hamad a bénéficié du programme Hope et suit une formation en cuisine. Capture d'écran YouTube

Le programme Hope porté par l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) permet aux réfugiés de suivre pendant neuf mois une formation professionnelle sur mesure. Les trois premiers mois sont consacrés à l’apprentissage du français et pendant les six suivants, les réfugiés sont formés à un métier.

En anglais, le mot "Hope" signifie "espoir". Mais il est aussi l’acronyme du programme "Hébergement, orientation, parcours vers l’emploi" mis en place notamment par l’État, Pôle emploi, l’Office français de l’immigration et de l'intégration (Ofii) et l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) en mai 2017. L’objectif est de faciliter l’insertion des réfugiés par l’apprentissage d’un métier.

Pour sa première année d’existence, 1 000 personnes sont concernées par ce dispositif : 496 lors de la première session débutée en octobre 2017 et 500 pour celle qui commencera en mars prochain. Les candidats sont présélectionnés par l’Ofii.

Les trois premiers mois de la formation sont consacrés à l’apprentissage du français. Ensuite, pendant six mois les réfugiés sont embauchés dans des métiers dits de « tension », c’est-à-dire des secteurs où main d’œuvre fait défaut. "Ils travaillent principalement dans le bâtiment, la grande distribution et les usines", explique à InfoMigrants Elise Bord-Levere, directrice de l’innovation sociale au sein de l’AFPA. À la fin, les réfugiés reçoivent un diplôme reconnu par l’État.

Tout au long de la formation, les candidats sont hébergés dans des centres de l’AFPA répartis sur tout le territoire français, excepté en Corse. Au sein des hébergements, des restaurants ou des cuisines sont à leur disposition gratuitement. Le cas échéant des tickets restaurants leur sont distribués. Les réfugiés perçoivent également un salaire oscillant entre 300 et 400 euros par mois.

L’AFPA s’assure aussi qu’un accompagnement administratif, médical et social soit à la disposition des réfugiés dans les centres d’hébergement. Des consultations médicales, des aides juridiques ou des activités sont ainsi organisées le soir ou le week-end : ateliers de théâtre, bowling, activités manuelles ou sportives… "Il faut éviter qu’ils soient livrés à eux-mêmes pour qu’ils s’intègrent au mieux", assure encore Elise Bord-Levere.

L’an dernier, deux expérimentations menées en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France ont données de bons résultats : « 71% des personnes ont obtenu une certification et 62% étaient en emploi dès la fin de la formation », est-il écrit sur un communiqué de l’AFPA.

>> Si le programme Hope vous intéresse, sachez que vous avez jusqu’à fin février pour vous rapprocher de l’Offi et déposer votre candidature.

Le programme Hope permet aux réfugiés de se former à un métier. Capture d'écran

 

Et aussi

Webpack App