Le Good Chance Theatre s'est installé à Paris en janvier 2018. Crédit : Julia Dumont/ InfoMigrants
Le Good Chance Theatre s'est installé à Paris en janvier 2018. Crédit : Julia Dumont/ InfoMigrants

L’association britannique Good Chance Theatre a installé son théâtre éphémère dans le centre de premier accueil de la porte de la Chapelle, à Paris. Elle propose tous les jours aux migrants des ateliers de théâtre. Quelques heures de répit pour oublier les démarches administratives et la solitude.

Soutenu par deux personnes, un pantin de papier prend vie, se déplace et monte dans une barque en papier. Le public s’interroge. Soudain la musique commence, la barque se met à voguer sur une mer de plastique et le silence se fait dans l’assistance. Un souffle de poésie a envahi le dôme du Good Chance Theatre.

Depuis que cette association britannique a installé, fin janvier, son théâtre éphémère dans le centre d’accueil de la Porte de la Chapelle, à Paris, il ne désemplit pas. Chaque jour (sauf le lundi et le dimanch), des ateliers animés par des artistes professionnels sont organisés pour les demandeurs d’asile du centre. Ce mercredi, les participants sont invités à réaliser, entre autres, des tableaux vivants sur le thème de l'exil à l'aide de personnages et bateaux en papier.

Pour les participants, des Afghans pour la plupart, la scène réalisée avec la barque a une signification bien particulière. Beaucoup d’entre eux ont rejoint l’Europe en traversant la Méditerranée entre la Turquie et la Grèce dans un bateau de fortune. Jan, 28 ans, originaire de l’ouest de l’Afghanistan, n’a pas pu s’empêcher de repenser à son périple. "Cela m’a rendu un petit triste mais c’était très beau."

Jan a été ému par la scène avec la barque en papier. Elle lui a rappelé son propre exil. Crédit : Julia Dumont/ InfoMigrantsSe réapproprier son histoire

Edurne Rankin Garcia et Alvaro Morales Lifschitz, qui animent cette semaine les ateliers, se doutaient que cette scène risquerait d’émouvoir les participants. Pour ces artistes de la troupe chilienne La Llave Maestra, littéralement "la clé qui ouvre toutes les portes", l’objectif était de leur proposer une manière douce et poétique d’aborder ces épreuves. "Souvent, ils rejettent totalement ce par quoi ils ont dû passer pour arriver en France. Nous essayons de les aider à se réapproprier leur histoire de manière positive", explique Alvaro.

Mimes, jeux collectifs, expression corporelle, musique, tous les arts sont expérimentés par les différentes artistes qui collaborent chaque semaine avec l’association Good Chance Theatre.

À chaque nouvel atelier, Malang est toujours le premier à vouloir participer. Logé depuis deux mois dans le centre de la Chapelle, cet Afghan de 28 ans ne perd son sourire que lorsqu’il évoque les difficultés qu’il rencontre pour demander l’asile en France. Comme beaucoup des jeunes hommes venus dans le dôme, le théâtre est pour lui une respiration dans un quotidien d’ennui et de frustrations.

Parmi tous les ateliers organisés au Good Chance Theatre, c'est la danse que préfère Malang. Crédit : Julia Dumont/ InfoMigrantsValoriser les compétences de chacun

"Nous avons déjà reçu des critiques nous disant que pour des personnes qui n’avaient pas de logement, ni de papiers, le théâtre n’était pas une priorité. Bien sûr nous avons tous besoin de nourriture, de vêtements etc, mais prendre un moment pour penser à qui nous sommes, pour s’exprimer, c’est aussi très important", souligne Joe Robertson, directeur artistique du projet.

L’objectif du Good Chance Theatre est aussi de valoriser les compétences des demandeurs d’asile. L’association incite toutes les personnes du centre d’accueil qui le souhaitent à prendre part aux ateliers et à faire connaître leurs compétences artistiques.

Le samedi après-midi, le théâtre accueille le "Hope show" un spectacle collaboratif réalisé à partir des ateliers préparés pendant la semaine. "C’est vraiment un moment de partage, détaille Joe Robertson. Les parisiens sont invités à participer au spectacle et on dit à tout le monde 'Si vous souhaitez lire un poème ou chanter une chanson par exemple, n’hésitez à venir avec votre texte'."

"Ceux qui veulent participer au Hope show de samedi doivent revenir demain parce que nous allons répartir les rôles", s’époumone Edurne à la fin de l’atelier, alors qu’un joyeux brouhaha de fin de cours règne dans le théâtre. Malang aide à ranger les chaises et les coussins du public avant de quitter le dôme avec quelques pas de danse. Samedi, il sera le premier sur scène.

è Pour assister au Hope show de samedi, vous devez vous inscrire à l’adresse hopeshow@goodchance.org.uk 

è Les 27 et 28 février, le Good Chance Theatre sera en partenariat avec l’International Fashion Academy de Paris. Les participants aux ateliers pourront collaborer avec des étudiants pour créer des vêtements et costumes pour le "Hope walk", un défilé qui aura lieu le 10 mars. Si vous êtes doué(e)s en couture, coiffure, maquillage, décoration… n’hésitez pas à vous inscrire aux ateliers à l’adresse volunteers@goodchance.org.uk


 

Et aussi