Bateau de migrants en mer Méditerranée en 2017. Crédit : Reuters
Bateau de migrants en mer Méditerranée en 2017. Crédit : Reuters

Deux pilotes professionnels qu'InfoMigrants avait contactés en mars doivent commencer le 3 mai leur mission de repérage des embarcations de migrants en mer Méditerranée. Leur avion devrait survoler les zones à risques afin de signaler les canots en détresse aux bateaux humanitaires.

Le premier vol aura lieu le 3 mai. José Bénavente et Benoît Micolon, deux pilotes professionnels engagés dans l’humanitaire, vont effectuer leur premier vol au-dessus de la Méditerranée pour aider aux missions de sauvetage des migrants, jeudi, si les conditions météo le permettent.

"L’idée est d’apporter un soutien, en terme d’observation aérienne, aux bateaux qui naviguent en Méditerranée pour qu’ils puissent secourir les embarcations le plus vite possible", avait confié José Benavente, au mois de mars à InfoMigrants. "On sait que les heures et les minutes sont comptées, surtout lorsqu’il s’agit de bateaux gonflables".

>> À relire : "Des pilotes professionnels s'engagent pour les migrants en mer"

Les deux hommes avaient monté leur association "Pilotes volontaires" en janvier et acheté un petit avion, baptisé le "Colibri", dans la foulée avec leurs économies.

L’appareil est arrivé à Malte le 1er mai. L’île sera la base arrière du "Colibri". "Nous prévoyons des missions d’environ quatre heures sur zone mais, si nos financements le permettent, nous souhaiterions dès que possible augmenter ces périodes de recherche à huit heures par jour".

Leur présence représentera une aide précieuse pour  les navires humanitaires. "Depuis le ciel, le champ de vision élargi et la vitesse (10 fois celle d’un bateau), permettront de couvrir une zone de recherche plus étendue", expliquent-ils sur Facebook.

Les "Pilotes volontaires" ne seront pas les seuls à effectuer des vols de surveillance au-dessus de la Méditerranée. Les opérations européennes Triton et Sophia disposent d’avions et d’hélicoptères. Mais leurs principales missions sont la surveillance des frontières européennes et la traque des passeurs, non le sauvetage en mer.

 

Et aussi