Image d'archives de migrants dans les Alpes. Crédit : Reuters
Image d'archives de migrants dans les Alpes. Crédit : Reuters

Des randonneurs ont découvert, vendredi, le corps d'un jeune homme noir dans un bois de la commune de Montgenèvre, à proximité de la frontière franco-italienne. La justice cherche à l'identifier. Il pourrait s'agir d'un migrant. Une enquête est en cours pour préciser les circonstances de sa mort.

La frontière franco-italienne va-t-elle devenir un cimetière pour migrants ? Le corps d'un jeune homme noir, qui pourrait être migrant, a été découvert dans les Hautes-Alpes vendredi 18 mai. La victime a été retrouvée morte par des promeneurs dans un bois situé sur la commune de Montgenèvre en amont du hameau des Alberts, à proximité de la frontière. La justice française a décidé d’ouvrir une enquête pour l’identifier et comprendre les circonstances de son décès. Une autopsie sera pratiquée lundi.

Si l’identité de ce jeune homme est confirmée, il pourrait s’agir du deuxième corps de migrant découvert à la frontière franco-italienne depuis le début du printemps et la fonte des neiges.

La commune de Montgenvre dans les Hautes-Alpes Une Nigériane morte début mai après une course-poursuite

Une enquête est en cours concernant le décès d’une seconde personne : une femme noire retrouvée dans la rivière de la Durance le 9 mai, à proximité du barrage de Prelles sur la commune de Saint-Martin-de-Queyrières, à près de 10 km de la ville de Briançon. Il pourrait s’agir d’une migrante originaire du Nigeria, d’après le parquet de Gap.

Une première autopsie a révélé que la victime serait décédée par noyade, mais des investigations se poursuivent pour en savoir plus sur les causes de sa mort. La justice manque encore d’éléments pour identifier le corps, mais elle a déjà procédé à une comparaison génétique avec une personne de nationalité nigériane vivant en Italie et qui affirme être sa sœur. D’après le procureur de Gap, il est très probable qu'il s’agisse effectivement de la sœur de la victime.

Pour l'association "Tous Migrants", basée dans la région, la victime était une Nigériane de 21 ans. Elle accuse les forces de l'ordre d'avoir pourchassé la victime avant sa mort. D’après "Tous Migrants", la jeune femme marchait avec deux hommes, également étrangers, le 7 mai à l'aube sur une route nationale en direction de Briançon, lorsque cinq policiers "dissimulés dans les fourrés" ont fait irruption provoquant la dispersion du groupe. Une course-poursuite s’est alors engagée. La police a interpellé un des hommes, mais la jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis.

>> À lire sur InfoMigrants : Dans les Alpes, des militants d'extrême-droite veulent bloquer le passage des migrants : en ont-il le droit ?

La préfète des Hautes-Alpes, Cécile Bigot-Dekeyzer, s’est défendue en affirmant que les forces de l'ordre chargées de contrôler l'immigration irrégulière à la frontière franco-italienne "n'agissent certainement pas en mettant les gens en danger". Ce n’est pas la première fois que les autorités doivent répondre à ce type d’accusation. En octobre dernier, une enquête avait été ouverte après la chute en août de deux migrants africains dans un ravin, au col de l'Échelle au-dessus de Briançon. Les deux hommes avaient pris la fuite après avoir aperçu une patrouille de gendarmerie. Le parquet de Gap avait classé l’affaire sans suite.

Des migrants secourus par les policiers et les gendarmes

Les Hautes-Alpes connaissent un afflux de migrants arrivant d'Italie par les cols frontaliers depuis un an. Depuis le début de l'année, selon la préfecture, près de 700 personnes en situation irrégulière ont été remises aux autorités italiennes.

>> À lire sur InfoMigrants : Sauvetage d’une migrante enceinte dans les Alpes : "Si on n’avait pas été là, la maman et son bébé seraient morts"

Par ailleurs d’après la préfecture des Hautes-Alpes, plus d'une trentaine de migrants "en situation de détresse en montagne et dans la neige" ont été secourus en décembre et janvier par les secours de la CRS ou du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM), basés à Briançon.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, sur le bord de la route près du hameau des Alberts, un migrant a été sauvé par des policiers de la Police aux frontières (PAF). L’homme était à bout de force. Il a été hospitalisé à Briançon.

 

Et aussi