Image d'archives de migrants à La Chapelle, Paris, en juillet 2017. Crédit : Mehdi Chebil
Image d'archives de migrants à La Chapelle, Paris, en juillet 2017. Crédit : Mehdi Chebil

Doublement des heures de français, extension du programme Hope, attribution d'un "pass culture"... Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté mardi 5 juin une série de mesures visant à favoriser l'intégration des étrangers en situation régulière en France.

Alors que de nombreuses voix se sont élevées en avril dernier lors de l’examen et du vote de la controversée loi Asile et immigration dénonçant le durcissement de la politique de Paris, le gouvernement français a présenté mardi 5 juin ses mesures sur l’intégration des étrangers réguliers. Cette initiative doit constituer le versant "humaniste" d’une politique qui se veut intraitable contre l’immigration irrégulière.

"La qualité de notre politique d’intégration est au cœur de l’équilibre général de notre politique d’immigration et d’asile", affirmé le Premier ministre Edouard Philippe à l’issue du premier Comité interministériel à l’intégration en appelant à une politique "digne de notre République pour tous ceux à qui nous donnons le droit de séjourner en France".

  • Intégration des réfugiés :

- Mise en place d’un "accompagnement social individualisé" dès 2019 "pour faciliter les démarches des premiers mois" en matière de santé, droits sociaux, formation…

- Extension à 3 000 réfugiés (contre 1 000 actuellement) du programme Hope (Hébergement, orientation, parcours vers l’emploi), qui propose sur huit mois, formation linguistique et apprentissage dans des secteurs en tension comme le bâtiment.

- Concernant le logement : reconductions des mesures d’accompagnement et des "mesures tremplins" telles que l’hébergement citoyen chez des particuliers, dans l’optique de la circulaire de décembre dernier demandant aux préfets de mobiliser 20 000 logements pour les réfugiés.

- Prise en charge facilitée des syndromes post-traumatiques, mise en place d’hébergements spécifiques pour les femmes vulnérables.

- Lancement d’une campagne nationale de service civique pour les réfugiés.

- Ouverture d’un "couloir humanitaire" pour l’accueil de 100 femmes issues des minorités religieuses d’Irak sur une période de deux ans.

  • Apprentissage du français :

- Dès 2019, doublement du volume des cours de langues proposés aux étrangers s’installant légalement en France (réfugiés notamment), à 400 heures maximum. "Les publics ne sachant ni lire ni écrire" pourront bénéficier au maximum de 600 heures.

- Modernisation des formations et classes "plus petites, plus homogènes".

- Développement des gardes d’enfants pour faciliter la présence aux cours des jeunes parents.

  • Insertion dans la société :

- Doublement des ateliers pour les parents dans le cadre du dispositif "Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants".

- Attribution d’un "pass culture" de 500 euros aux jeunes étrangers en règle et accompagnement renforcé par des institutions culturelles.

- Développement de projets destinés aux migrants et réfugiés dans le cadre de la plateforme "sport facteur d’inclusion sociale".

  • Emploi, insertion économique :

- Une "dimension professionnelle personnalisée" sera intégrée aux politiques publiques, avec un "entretien" pour orienter les étrangers en fonction de leur profil (Pôle emploi, Apec…) et un "entretien approfondi d’orientation professionnelle" pour chaque primo-arrivant en recherche d’emploi.


 

Et aussi