deplaces

Des réfugiées maliennes rassemblées à un point de distribution d’aide dans le camp de Goudoubo, au Burkina Faso, le 3 février 2020.  Crédit : HCR / Sylvain Cherkaoui
OMAR HAJ KADOUR / AFP | Campagne de désinfection dans un camp de réfugiés à Idleb, en Syrie, vue depuis un drone, le 9 avril 2020.
Photo d'archive (2018) de migrants à Agadez, au Niger. Crédit : Mehdi Chebil / InfoMigrants
Stefanie GLINSKI / AFP | Un homme devant sa tente au petit matin dans le PoC de Bentiu au Soudan du Sud le 15 février 2018 (image d'illustration).
Sébastien Nemeth / RFI | Le camp de déplacés de Bentiu, au Soudan du Sud, le 14 novembre 2019.
Photo de couverture du rapport du NRC. Crédit : Maheder Haileselassie/NRC
Un groupe de femmes déplacées dans la région de Borno au Nigéria. Crédit : OIM
Une femme avec ses jumeaux à l’entrée du camp de réfugiés de Goudebou, au Burkina Faso.  Crédit : HCR / Brian Sokol
© Samuel Turpin/HCCS | Un agriculteur malien de la région de Mopti. Bon nombre de déplacés maliens ont perdu leur seule activité rémunératrice en fuyant les violences.
Wikimedia Commons | Le département du Soum, dans le nord du Burkina Faso, a été le théâtre d'attaques terroristes ces derniers mois.
Les apatrides courent un plus grand risque d'être détenus ou renvoyés de force faute de papiers d'identité | Crédit : Mehdi Chebil
Delil souleiman / AFP | Des déplacés syriens dans le camp de Aïn Issa, à 50 km de Raqqa, le 21 octobre 2017.