emploi

Les chances de trouver un emploi dans l’industrie est plus élevé et souvent réservé aux hommes. Crédit : Picture alliance
A Malakoff en région parisienne, Moctar, 18 ans, prépare un CAP boulangerie. Mais depuis novembre 2020 et sa majorité, il est visé par une obligation de quitter le territoire français. Crédit : Flickr/Yukiko Matsuoka
Thierry (gauche), un styliste-modéliste parisien, encadre une équipe de réfugiés. Crédit : Anne-Diandra Louarn / InfoMigrants
Environ 200 sans-papiers occupent une église de la capitale belge pour réclamer leur régularisation. Crédit : DR
Un campement de mineurs isolés à Paris, en 2020 : Crédit : MSF / Bruno Fert
L’apprenti boulanger Laye Fodé Traoréiné est heureux de reprendre le travail à la Huche à Pain, à Besançon, il va être régularisé. Crédit : RFI
Laye Fodé Traoréiné, apprenti boulanger guinéen à Besançon jusque-là menacé d'expulsion, a été régularisé. Crédit : Stéphane Ravacley/Instagram
Iyaloo Akuunda et sa cheffe de service Sabine Schneider   | Source : Capture d’écran du documentaire de la DW
Stéphane Ravacley est en grève de la faim depuis le 8 janvier. Crédit : Corentin Germaneau
Près de 700 étrangers en "première ligne" ont obtenu leur naturalisation. Crédit : DR
Kandé Touré vit sans papiers en France depuis 19 ans. Crédit : InfoMigrants
Afshari, un jeune réfugié afghan, était déjà couturier dans son pays. Crédit : Anne-Diandra Louarn / InfoMigrants