expulsions

Le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a présenté un décret pour accélérer les procédures de rapatriement vers 13 pays "sûrs". Crédit : Reuters
Jerry (deuxième à droite) avec les militants de Bascos / Arcolan. Crédits : Bascos / Arcolan
Heran dit avoir fui la persécution en Ethiopie | Source : Capture d'écran du Hessischer Rundfunk
Archives. Photo d'illustration, prise en juillet 2018 dans le camp de migrants de La Chapelle à Paris. ©InfoMigrants
Mohammed, 24 ans, vit dans le squat depuis son ouverture en septembre 2018. ©A. Wemaëre
Un migrant afghan dans un campement à Calais.  Credit: Mehdi Chebil
La France a expulsé moins de 20 migrants afghans vers Kaboul en 2018. Crédit : Picture Alliance
Les personnes réfugiées ne sont pas autorisées à retourner  dans leur pays.
Des manifestants protestent contre la politique menée par Istanbul à l'égard des migrants syriens, le 27 juillet 2019. Crédit : Imago
© Bachir Belhadj | A Alger, nombreux sont les migrants qui n'osent plus sortir de peur d'être arrêtés.
La préparation d’un vol d’expulsions collectives peut prendre plusieurs semaines, impliquant des dizaines de policiers. | Crédit : picture-alliance/dpa/M. Kappeler
Des migrants à Calais, le 18 juillet 2019. Crédit : Mehdi Chebil