fusillade

Dans le camp de Grande-Synthe, le 20 août 2021. Afghans, Irakiens, Kurdes, Iraniens et Pakistanais y vivent, parfois depuis de longs mois. Crédit : Louis Witter pour InfoMigrants.
Des migrants attendent devant le bureau de négociation du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Tripoli, deux jours après la fusillade qui a coûté la vie à six exilés. Crédit : Reuters
Luca Traini, auteur présumé de la fusillade de Macerata, portait un drapeau italien autour du cou lors de son arrestation. Il présente également un tatouage néo-nazi sur son front. Crédits : poliziadistato.it