grande synthe

Plusieurs centaines de personnes dorment dans les bois à Grande-Synthe depuis l'évacuation d'un gymnase qui abritait près d'un millier de personnes. Crédit : Dana Alboz / InfoMigrants
De jeunes migrants marchent sous la pluie sur l'un des parkings du bois du Puythouck à Grande-Synthe, dans le nord de la France, le 9 octobre 2019. Crédit : Anne-Diandra Louarn / InfoMigrants
Des dizaines de migrants sont installés dans la forêt du Puythouck, en périphérie de Grande-Synthe. Crédit : Mehdi Chebil / InfoMigrants
À Grande-Synthe, près de 1 000 personnes vivaient dans le gymnase ou entassées dans des tentes autour de l'édifice depuis janvier. Crédit : Mehdi Chebil / InfoMigrants
RFI/Alice Pozycki | Le camp pour migrants de Grande-Synthe dans la banlieue Nord de Dunkerque, le 21 janvier 2016.
Au campement du gymnase de Grande-Synthe, des commerces illicites comme celui-ci se sont progressivement établis. Crédit : Mehdi Chebil / InfoMigrants
Le socialiste Martial Beyaert a succédé à Damien Carême comme maire de Grande-Synthe le 3 juillet 2019. Crédit : Ville de Grande-Synthe / Facebook
Des dizaines de tentes de migrants ont été installées aux abords du gymnase de Grande-Synthe, faute de places suffisantes à l'intérieur. Crédit : Mehdi Chebil / InfoMigrants
Une vue aérienne du camp de Grande-Synthe. Crédit : Solidarity border
Dans le bois du Puythouck, à Grande-Synthe, en décembre 2018. Crédit : Mehdi Chebil
Dans le bois du Puythouck, à Grande-Synthe, en décembre 2018. Crédit : Mehdi Chebil
Des migrants à Calais, en janvier 2018. Crédit : Mehdi Chebil