hcr

Capture d'écran du GDF, le centre du HCR, à Tripoli. Photo : Twitter UNHCR Libya (archive)
Image d'une distribution de nourriture au GDF de Tripoli, en août 2019. Crédit : DR
Wikimédia | Palais de justice de Pretoria, Afrique du Sud.
RODGER BOSCH / AFP | Des centaines de réfugiés dorment dans une église méthodiste après avoir été chassés des abords d'un bureau du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, au Cap (Afrique du Sud) le 31 octobre 2019.
Photo, transmise à InfoMigrants, de l'intérieur du hangar du GDF où vivent environ 400 migrants depuis quelques jours. Crédit : DR
Les migrants d'Abu Salim ont dormi, le 31 octobre, à même le sol, avec des couvertures prêtées par d'autres migrants, dans la cour du GDF, le centre du HCR à Tripoli. Crédit : DR
Photo envoyée à InfoMigrants montrant le groupe de migrants devant le GDF, centre du HCR à Tripoli, le 29 octobre 2019. Crédit : DR
Mahmud TURKIA / AFP | Des migrants à l'extérieur d'un centre de détention à Tripoli, le 3 juillet 2019 (illustration).
©Abdullah DOMA/AFP | Des migrants dans un centre de détention, en Libye avant d'être rapatriés dans leur pays, le 2 décembre 2017.
Mahmud TURKIA / AFP | Des migrants à l'extérieur d'un centre de détention à Tripoli, le 3 juillet 2019 (illustration).
Des réfugiés originaires de Somalie, de Syrie et d'Érythrée montent à bord d’un bus au centre de rassemblement et de départ du HCR à Tripoli. Photo d’archives, avril 2019. Crédit : HCR / Mohamed Alalem
Le HCR a demandé aux migrants de Tajourah de quitter le centre de l'agence onusienne à Tripoli. Crédit : DR