hcr

Une femme avec ses jumeaux à l’entrée du camp de réfugiés de Goudebou, au Burkina Faso.  Crédit : HCR / Brian Sokol
Des milliers de migrants sont détenus en Libye dans des centres de détention officiels ou des prisons clandestines tenues par des milices. Crédit : Reuters
Image d'archives de migrants en Libye. Crédit : Reuters
Avec au moins 235 000 réfugiés, les camps de Dadaab au Kenya figurent parmi les plus peuplés au monde. Crédit : UNHCR
© RFI/Cécile Debarge | Le camp de réfugiés érythréens d’Hitsats, dans le nord de l’Ethiopie où se mène le programme de couloirs humanitaires (photo d'archives).
©RFI | Céline Schmitt, porte-parole du HCR.
Reinnier KAZE / AFP | Réfugiés nigérians du camp de Minawao au Cameroun qui ont fui leur pays pour échapper aux exactions de Boko Haram (photo d'archives).
Selon le HCR, de nombreuses personnes ayant besoin d'être réinstallées se trouvent dans des pays africains situés le long de la route méditerranéenne centrale.
Crédit: Silas Adamou/Ärtze ohne Grenzen
STEPHANIE AGLIETTI / AFP | L'entrée du camp de réfugiés congolais à Kiziba, au Rwanda, le 6 septembre 2016.
La manière dont les demandeurs d'asile entrent en Europe détermine ce à quoi ils peuvent prétendre.
Photo: picture-alliance/dpa/C. Schmidt
Said Khatib, AFP | Deux écolières palestiniennes dans le camp de réfugiés de Rafah, dans la bande de Gaza, le 6 février 2018.
A Niamey des officiers de l'OFPRA écoutent des migrants évacués de Libye et qui demandent l'asile en France. Crédit : Mehdi Chebil