rapatriement

Le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio a présenté un décret pour accélérer les procédures de rapatriement vers 13 pays "sûrs". Crédit : Reuters
Mahmud TURKIA / AFP | Des migrants à l'extérieur d'un centre de détention à Tripoli, le 3 juillet 2019 (illustration).
Des réfugiés originaires de Somalie, de Syrie et d'Érythrée montent à bord d’un bus au centre de rassemblement et de départ du HCR à Tripoli. Photo d’archives, avril 2019. Crédit : HCR / Mohamed Alalem
Les 75 migrants bloqués depuis le 31 mai au large de Zarzis ont finalement pu débarquer en Tunisie mardi 18 juin. Crédit : FTDES
Des migrants bangladais, marocains, égyptiens et soudanais se trouvent à bord du Maridive 601 depuis le 31 mai 2019. Crédits : capture écran FTDES / facebook
diaspora-entrepreneurship.com | Page d'accueil de Diaspora entrepreneurship. (Image d'illustration)
FOCUS
Un groupe de femmes déplacées dans la région de Borno au Nigéria. Crédit : OIM
La rédaction des Observateurs de France 24 a reçu la vidéo en haut à gauche en juillet 2018. Nos Observateurs sont aujourd'hui de retour au Nigéria (en bas à droite). À gauche, trois autres migrants revenus de Libye, interrogés par notre rédaction.
En raison de la reprise des combats entre milices à Tripoli, le HCR n'a pas pu organiser d'évacuations de migrants entre juin et début octobre 2018. Crédit : Reuters
Des migrants qui traversent le Soudan
Crédit: picture-alliance
Albert tient une quincaillerie à Yaoundé. Après sept ans en exil, il est rentré au Cameroun avec l'aide de l'OIM. Crédit : Adrienne Surprenant/ Collectif Item