regroupement familial

Samuel* ne veut pas être reconnu, par peur pour sa famille restée en Érythrée | Photo: InfoMigrants / M. MacGregor
Un homme porte un masque devant le camp de Malakasa, en Grèce (photo d'illustration). Crédit : Reuters
Cette mère a retrouvé son fils de six ans en Sicile. Crédit : Croix-Rouge
Les obstacles administratifs et la crainte de représailles intimide les réfugiés érythréens en Allemagne | Photo: Picture-alliance/dpa/arifoto UG/M.Reichel
Les migrants transférés au Royaume-Uni au moment de leur embarquement en Grèce. Crédit : Reuters
Les exigences linguistiques varient en fonction de la durée du séjour en Suisse. Crédit : InfoMigrants / Maëva Poulet (Archive)
La cour du CRA du Mesnil-Amelot, situé en Seine-et-Marne, le 26 avril 2019. Crédit : Maëva Poulet / InfoMigrants / InfoMigrants.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant le littoral français en août 2019. Crédit : Reuters
Des réfugiés syriens arrivent dans un camp de réfugiés et migrants à Friedland, en Allemagne, le 4 avril 2016. Crédit : Reuters
Plus de 28 000 demandes de regroupement familial ont déjà été déposées en Allemagne.
Crédit: picture-alliance/dpa/B. Thissen
REUTERS/Kai Pfaffenbach | Des réfugiés syriens arrivent dans un camp de réfugiés et migrants à Friedland, en Allemagne, le 4 avril 2016.
Une famille syrienne au camp de Moria le 30 novembre 2017
© REUTERS/Alkis Konstantinidis