relogement

Environ 700 personnes se sont installées jeudi 29 juillet 2021 sur la place des Vosges, à Paris, pour réclamer des solutions d'hébergement pérennes pour les sans-abri. Crédit : InfoMigrants.
En 2022 et 2023, la Suisse acceptera jusqu'à 1 600 réfugiés sur son territoire. Crédit : Creative Commons
Selon le rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre, 30 000 personnes pourraient être expulsées de leur logement en 2021. Crédit : Yann Lévy / Fondation Abbé Pierre
La cité du Petit Séminaire dans le 13e arrondissement de Marseille abritait un squat de migrants évacués dans la précipitation en novembre dernier. Ils sont, depuis, logés dans des hôtels du 115 dans des conditions difficiles. Crédit : Google Street View
Un campement de jeunes migrants à Paris, le 30 juin 2020. Crédit : Reuters
Des migrants attendent d'être évacués du camp de Saint-Denis, le 17 novembre 2020. Crédit: Reuters
À Nantes, quelque 160 personnes migrantes ont été expulsées le 21 décembre 2020 du squat Talensac . Crédit : L'Autre cantine
Les colocataires partagent un immeuble de 1000 m² en attente d'être rénové. Crédit : Carlos Alvarez
Plus de 200 migrants dorment sur la place devant la mairie de Lepe, dans le sud de l'Espagne. Crédit : DR
Des réfugiés manifestent contre les évictions en Grèce, 1er juin | Photo: picture-alliance/dpa
Laissé à l'abandon, le collège Maurice Scève a été investi par des migrants, qui espèrent une régularisation de leur situation administrative. Crédit : Capture d'écran Google Maps
L'immeuble d'Estrémadure squatté par des migrants au Sud de Rennes. Crédit : capture d'écran Google Street view.
Webpack App