route migratoire

Depuis Tanger au Maroc, on peut apercevoir les côtes espagnoles, situées à seulement une dizaine de kilomètres. Crédit : Getty images
L'Open Arms a porté secours à 77 nouvelles personnes dans la nuit du 10 au 11 septembre 2020. Crédit : Capture d'écran Open Arms
Des migrants attendent de débarquer d'un navire des garde-côtes espagnols dans le port d'Arguineguin, après que des dizaines de migrants sont arrivés au sud de l'île de Gran Canaria, à Arguineguin, le 8 septembre 2020. Crédit : REUTERS/Borja Suarez
Des migrants se dirigent vers la frontière nigérienne après avoir été expulsés d'Algérie. Image d'illustration. Crédit : picture-alliance/AP Photo/J. Delay
Plus de 80 migrants ont été secourus mardi soir par le navire espagnol Open Arms. Crédit : Open Arms / Twitter
Des migrants se trouvent sur un bateau à côté du pétrolier Maersk Etienne. Photo: Reuters/Maersk Tankers
Les passagers de ce petit bateau font partie des quelque 80 migrants secourus le 7 septembre entre Dunkerque et Calais par les autorités françaises. Crédit : préfecture de la Manche et de la Mer du Nord
Deux bateaux gonflables flambant neufs que des migrants ont laissés derrière eux dans les Dunes de la Slack, à 30 kilomètres au sud de Calais, le 1er septembre 2020, après qu'une opération de police française les a empêchés d'embarquer. Les canots pneumatiques, d'une valeur d'environ 2000 euros chacun, ont été abandonnés dans les dunes de sable à une centaine de mètres du rivage. Crédit : Mehdi Chebil pour InfoMigrants
Des manifestants pro-migrants rassemblés à Douvres, le 5 septembre 2020. Crédit : Imago
Des migrants provenant d'Afrique du Nord débarquent sur l'île de Lampédusa début août. Crédit : ANSA / Alessandro Di Meo
REUTERS/Ayman Sahely | Migrants à Khoms, en Libye, le 30 mai 2020 (image d'illustration).
Des migrants "fragiles" du Louise Michel accueilli à Lampedusa pour y être soignés, le 29 août 2020. Crédits : Reuters.