Vue sur une partie de Vintimille depuis un pont de la rivière Roya. Crédit : InfoMigrants

Vue sur une partie de Vintimille depuis un pont de la rivière Roya. Crédit : InfoMigrants

"Si un migrant est dans la région de Vintimille, c'est qu'il veut partir"

Charlotte Oberti
par Publié le : 10/09/2020 Dernière modification : 11/09/2020
À la frontière italo-française, des dizaines de migrants venus de tous horizons sont refoulés chaque jour après avoir tenté de passer en France. Solution de repli pour les refoulés fatigués de ce jeu du chat et de la souris, la ville de Vintimille, située à 10 kilomètres, est devenue ces derniers mois un territoire sans pitié pour les migrants.
Au loin, la ville de  Menton, inaccessible pour bon nombre de migrants. Crédit : InfoMigrants
"Comme un ballon de foot"
Au loin, la ville de Menton, inaccessible pour bon nombre de migrants. Crédit : InfoMigrants

Visage masqué et pieds nus, Mohamed Ahmed a les yeux tournés vers la mer. Depuis le muret en pierres sur lequel il est assis à l'ombre des pins, il a une vue imprenable, splendide. La Méditerranée scintillante. La côte vallonnée - italienne d'abord, puis française un peu plus loin. Et la ville de Menton, facilement reconnaissable de l'autre côté de la baie, première cité de l'Hexagone en venant de cette partie de l'Italie. Mais le jeune homme ne semble pas apprécier ce paysage digne d'une carte postale. Il le regarde sans le voir. Bien que proche, Menton, et donc la France, lui est inaccessible.

Inaccessible car Mohamed Ahmed est un migrant, soudanais, âgé de 25 ans, originaire du Darfour. Il a passé une partie de la nuit à marcher, dans l'espoir de traverser illégalement la frontière. L'autre partie, il l'a passée dans un préfabriqué exigu et sans toit appartenant à la PAF (police aux frontières) de Menton. Le matin venu, il a été remis sur la route avec pour ordre de retourner en Italie à pieds. L'Italie ne veut pourtant pas plus que la France de Mohamed Ahmed. "Je me sens comme un ballon de football sur un terrain entre deux équipes. L'une c'est l'Italie, l'autre c'est la France", dit-il.

Face aux "difficultés migratoires", les deux pays semblent pourtant faire front commun. Fin juillet, Rome et Paris ont même annoncé la création prochaine d'une brigade conjointe à leur frontière pour lutter contre les filières de passeurs. De quoi compliquer davantage les passages. "Si les gens sont ici, c'est qu'ils veulent partir, ils sont déterminés. La police ne fait que les ralentir et les pousse à prendre plus de risques", regrette Maurizio Marmo, responsable de l'ONG Caritas Vintimille qui vient en aide aux migrants dans cette région italienne. En moyenne, il faut cinq essais à une personne avant de parvenir à passer en France. Mohamed Ahmed est dans la moyenne haute : c'est sa septième tentative en cinq jours. Il y en aura d'autres.

Vintimille nest qu une dizaine de kilomtres de Menton  pieds il faut compter environ deux heures et demi Crdit  InfoMigrantsDepuis la fin du confinement, et la reprise des voyages de migrants qui s'en est suivie, des dizaines de personnes essaient chaque jour de franchir cette frontière dans la région de Vintimille. Les moyens sont divers pour ceux qui ne sont pas conduits dans des véhicules de passeurs : à pieds, il y a le long de la mer - chemin qui n'a ''quasiment aucune chance'' étant donné la surveillance policière, glisse le membre d'une association -, les voies de chemins de fer ou, plus risqué, la montagne via un sentier surnommé sans équivoque ''le passage de la mort''. Il y a également les trains et les risques d'électrocutions pour ceux qui s'aventurent dessus.

Chaque jour, aussi, des dizaines de personnes sont interpellées par la police française et sont refoulées. Des "push-backs" souvent considérés comme illégaux car menés au mépris de l'asile demandé par les intéressés. La PAF de Menton est d'ailleurs bien connue pour son fonctionnement opaque. Déjà visée par une enquête sur de possibles infractions, cette police avait refusé, en octobre 2019, à une députée le droit de visiter les lieux où sont retenus les migrants.

Ce jeudi, ils sont une cinquantaine, comme Mohamed Ahmed, à avoir été renvoyés par la police dès le matin, selon un registre tenu par les associations. Un chiffre constant.

Un "refus d'entrée" de la police française et un procès verbal des forces de l'ordre italiennes. Crédit : InfoMigrants
L'apprentissage de la méfiance
Un "refus d'entrée" de la police française et un procès verbal des forces de l'ordre italiennes. Crédit : InfoMigrants

Sur le bord de la route qui ramène à Vintimille, ville de repli et de transit pour les migrants, des associations ont installé un poste de ravitaillement pour accueillir les refoulés sur le retour. Au frais sous les arbres, du pain, des biscuits, des fruits et des réchauds pour faire du café les attendent. Une infirmière italienne est aussi là pour examiner les éventuelles blessures. Exténués et en sueur après une longue montée, ceux qui arrivent devant cette tablée affichent de larges sourires, agréablement surpris de voir qu'ici, pour une fois, des gens les attendent pour les aider. ''C'est gratuit, c'est gratuit'', rassure l'un des participants, les enjoignant à se servir.

Au soulagement qu'apporte ce réconfort cède toutefois rapidement l'inquiétude. Car beaucoup de ceux présents - pour la plupart très jeunes - semblent dans un état de confusion totale. Faut-il prendre le bus pour se reposer à Vintimille ou retenter sa chance tout de suite ? Quel chemin emprunter ? Est-ce vrai que des militaires se cachent dans les buissons sur le sentier ''de la mort'' pour attraper les migrants qui y marchent la nuit ? "Est-ce que je dois dire que je veux demander l'asile en France quand un policier m'interpelle ? Tu peux m'écrire sur un bout de papier comment on dit ça en français ?" Les questions et les regards perdus se bousculent. Le silence tombe aussi soudainement, parfois. Au jeu du chat et de la souris qui se déroule à cette frontière, les grands perdants sont ceux qui ne maîtrisent pas les règles.

Au point de ravitaillement les migrants peuvent acheter des tickets de bus pour aller  Vintimille Crdit  InfoMigrants"On m'a volé mon sac à dos dans la PAF", lance Nabil Maouche, Algérien de 27 ans, l'air hagard. À l'intérieur se trouvait tout ce qu'il possédait : ses vêtements, 50 euros et, surtout, son téléphone et son chargeur. "Je ne peux plus appeler ma famille", lance le jeune homme qui a embarqué début août depuis les côtes africaines à bord d'un petit bateau de fortune ayant, assure-t-il, réussi à atteindre la Sardaigne. Selon Chiara, membre de l'association italienne Projetto 20k, les pertes d'objets personnels sont monnaie courante durant les nuits au poste : "Les affaires des migrants sont gardées dans un vestiaire dans la PAF, c'est une pièce dans laquelle il y a beaucoup de passage…"

Binu Lama, Tibétaine de 22 ans, montre pour sa part des documents dont elle peine à comprendre la signification. Un "refus d'entrée" de la police française et un procès verbal des forces de l'ordre italiennes, qui lui ont été délivrés coup sur coup. Elle ne parle ni français, ni italien, ne sait pas ce qu'elle doit en faire. Mais elle jure que, si près du but, cette paperasse ne l'empêchera pas de retenter sa chance dans quelques heures seulement. Accompagnée de son mari et d'un groupe d'amis, elle veut "trouver du travail et envoyer de l'argent à [sa] famille" depuis la France, où elle croit savoir qu'elle pourra obtenir l'asile plus facilement qu'en Italie. "Je ne suis pas découragée et je n'ai pas peur. Je suis habituée maintenant à traverser les frontières", lance celle qui a déjà marché à travers la Turquie, la Grèce, l'Albanie, le Monténégro, la Bosnie, la Croatie et la Slovénie.

Phénomène vieux de plusieurs années, ces tentatives de passages dans la région de Vintimille ont ceci de nouveau qu'elles rassemblent désormais des personnes aux profils et aux origines plus variés qu'avant. Des Tibétains, par exemple, Jacopo Colomba, représentant de l'ONG We World, n'en avait pas vus dans le coin depuis deux ans. Il y a par ailleurs davantage de migrants désillusionnés par l'Italie "qui veulent tenter leur chance ailleurs", affirme Maurizio Marmo, de Caritas Vintimille. Ils s'ajoutent aux primo-arrivants dans le pays, largement majoritaires parmi ceux qui tentent le passage. Venus de la route des Balkans ou de l'île de Lampedusa dans le but de rejoindre la France ou d'autres pays du nord de l'Europe, ils sont nombreux à expliquer leur désir de quitter la péninsule par le fait qu'ils ne parlent pas italien, qu'ils ne connaissent personne dans ce pays ou, tout simplement, par l'ordre qu'ils ont reçu d'en partir.

Binu Lama 22 ans essaie daller en France avec son mari pour travailler et envoyer de largent  sa famille Crdit  InfoMigrantsCe dernier cas de figure est celui de Mohamed Ahmed et de ses deux compagnons de voyage, eux aussi originaires du Darfour. L'un d'eux tchipe lorsqu'on lui demande son prénom, en signe de refus. Il ne le donnera pas. Il tchipe de plus belle, en guise de désapprobation, lorsque son ami accepte, lui, de donner le sien. Le parcours migratoire de ce trentenaire l'a rendu méfiant, sur la défensive. Il ne sait plus qui croire ni à quel sein se vouer. Comme beaucoup de migrants, il a appris la méfiance envers les autorités, envers les journalistes, la méfiance des uns envers les autres.

Et pour cause : cet homme sans nom est allé de mauvaises surprises en désillusions. Comme Mohamed Ahmed, il a fui le Soudan en guerre pour aller travailler en Libye, pays qu'il croyait prospère alors qu'il est en proie au chaos et à la loi du plus fort depuis 2011. Il y restera bloqué deux ans. À leur arrivée à Lampedusa au terme d'une traversée en bateau, les comparses soudanais sont placés en quarantaine pour détecter d'éventuels cas de coronavirus. Cette période censée durer 14 jours sera renouvelée et doublée, sans qu'on leur fournisse la moindre explication. À leur sortie, les autorités italiennes leur ont donné sept jours pour quitter le territoire.

Abdelkhair, un migrant du Bangladesh, lave son linge dans la rivière Roya. Crédit : InfoMigrants
"À Vintimille, il n'y a plus d'endroit pour les choses intimes"
Abdelkhair, un migrant du Bangladesh, lave son linge dans la rivière Roya. Crédit : InfoMigrants

Une fois refoulés par les autorités françaises, les migrants n'ont guère d'autres choix que d'aller à Vintimille, cité balnéaire de 24 000 habitants, loin d'être accueillante mais qui a l'avantage de se trouver à seulement 10 kilomètres de la frontière. Dans les rues de la ville, ils sont désoeuvrés. Chaque nuit, les associations dénombrent entre 100 et 200 migrants qui dorment où ils peuvent, gare, plages, arrière des buissons, sans tente. "Regardez comment c'est ici", lance, écœuré, un jeune Tchadien, arrivé depuis seulement trois jours, en pointant le bitume jonché de déchets. "Moi je dors plus bas, près de la rivière." Il n'est pas le seul : les berges de la rivière Roya, recouvertes de végétation, sont habitées par de nombreux sangliers imposants et peu farouches.

Le nombre de migrants à la rue à Vintimille représente une situation inhabituelle ces dernières années. Elle résulte, en grande partie, de la fermeture fin juillet d'un camp humanitaire situé en périphérie de la ville et géré par la Croix-Rouge italienne. Cette fermeture décrétée par la préfecture d'Imperia a été un coup dur pour les migrants qui pouvaient, depuis 2016, y faire étape. Les différents bâtiments de ce camp de transit pouvaient accueillir quelque 300 personnes - mais en avait accueillis jusqu'à 750 au plus fort de la crise migratoire. Des sanitaires, des lits, un accès aux soins ainsi qu'à une aide juridique pour ceux qui souhaitaient déposer une demande d'asile en Italie : autant de services qui font désormais partie du passé.

"On ne comprend pas", lâche simplement Maurizio Marmo. "Depuis deux ans, les choses s'étaient calmées dans la ville. Il n'y avait pas de polémique, pas de controverse. Personne ne réclamait la fermeture de ce camp. Maintenant, voilà le résultat. Tout le monde est perdant, la ville comme les migrants."

Alors, qu'est-ce qui explique cette fermeture? La préfecture est restée silencieuse à nos questions. Selon des associations, les autorités en auraient eu assez du cadre juridique bancal sur lequel avait été ouvert ce camp, unique en son genre dans le nord de l'Italie. D'autres avancent que la tenue prochaine d'élections régionales, fin septembre, aurait motivé cette décision dans l'espoir de glaner les votes de l'électorat anti-migrants. Difficile à savoir. Début septembre, plus d'un mois après sa fermeture, les préfabriqués du "campo" n'étaient en tout cas toujours pas démantelés, permettant à certains de parier sur une réouverture future.

Les berges arbores et caillouteuses de la Roya servent de refuge pour les migrants Crdit  InfoMigrantsToujours est-il qu'en attendant, la vie des migrants s'organise désormais à l'intérieur même de la ville, autour de la Via Tenda. Sur un parking, entre le cimetière et une voie rapide, l'association Kesha Niya distribue de la nourriture et de l'eau les soirs. Les matins, des collations sont servies dans les locaux de Caritas Vintimille, à proximité. Entre les deux, plus grand chose.

"Les mineurs et les familles n'ont aucun accueil, s'offusque Maurizio Marmo. Les mineurs restent dehors." En solution d'urgence, l'église San Nicola a récemment accepté, sous l'impulsion de Caritas, d'ouvrir ses portes aux familles le temps de quelques nuits seulement.

Mais les portes, en général, se ferment davantage qu'elles ne s'ouvrent. "Avant, on louait un local là, près de la rivière, dit Chiara de Projetto 20k. Les migrants pouvaient s'y reposer en sécurité, charger leur téléphone, passer du temps tranquilles pour les choses intimes… Ça marchait bien. Mais le propriétaire a voulu mettre fin à cette location en janvier 2019. Maintenant le lieu est fermé et il n'y a plus d'endroit sécurisé à Vintimille pour ce genre de choses."

Même des services aussi essentiels que les douches ne sont plus accessibles aux migrants dans la ville. Les salles de bains de l'association Caritas, seules options, sont fermées pendant la belle saison. "Les douches sont très compliquées à gérer, justifie Maurizio Marmo, alors, l'été, ils vont dans la mer."

Abdelkhair a choisi la rivière. Accroupi sous un pont, penché en avant, il lave un t-shirt dans le faible débit de la Roya, asséchée en cette fin d'été. Il en profite pour se mouiller le visage. Originaires du Bangladesh, lui et ses compagnons ne peuvent pas s'attarder ici. "C'est le coin des Somaliens", prévient un autre migrant, qui s'est levé à la hâte du matelas encrassé sur lequel il était allongé à la vue d'un visiteur. Des murmures et des frémissements nous font comprendre que d'autres hommes se cachent tout autour, dans les interstices du pont, d'où dépasse un pan de couette, et dans les buissons. Les sangliers, eux, gambadent en plein jour non loin de là.

Environ 50 femmes migrantes transiteraient tous les mois par Vintimille avant de disparaître, sitôt les pieds posés dans la ville. Crédit : InfoMigrants
À la recherche des femmes
Environ 50 femmes migrantes transiteraient tous les mois par Vintimille avant de disparaître, sitôt les pieds posés dans la ville. Crédit : InfoMigrants

Les passeurs, aussi, agissent à découvert dans Vintimille. Dans le centre-ville, il n'est pas rare que des groupes d'hommes, connus pour être là pour du business, rodent autour de la gare. "Quand on les voit se diriger vers les quais, c'est qu'ils ont été prévenus qu'un train arrivait", indique un membre d'une association qui préfère garder l'anonymat.

Mohamed Sheraz, rencontré en dehors de la ville, est si à l'aise qu'il donne son nom. Âgé de 25 ans, ce réfugié pakistanais en France dit venir en Italie pour "aider ses frères" en parallèle de son travail dans le secteur du bâtiment. En l'occurrence, il "aide" cinq hommes, quatre Pakistanais et un Afghan, moyennant 150 euros par tête. La nuit dernière, les migrants n'en ont pas eu pour leur argent, ce fut un échec. 

Mais d'autres trafics, plus secrets, inquiètent davantage les associations. Parmi les migrants livrés à eux-mêmes, les femmes, particulièrement vulnérables, sont l'objet de plusieurs attentions. "Dans les deux derniers mois, on a pu entrer - brièvement - en contact avec trois femmes, dit Jacopo Colomba, de l'ONG We World. Elles semblaient être contraintes par quelque chose et cherchaient une manière de s'échapper mais des hommes ont interrompu notre conversation. Nous ne les avons pas revues."

Grâce à des maraudes hebdomadaires, Jacopo Colomba, qui a rejoint le projet "Hope this helps" financé par le département et la région Ligurie pour documenter ces trafics, estime qu'environ 50 femmes transitent tous les mois par Vintimille. Avant de disparaître, sitôt les pieds posés dans la ville.

"C'est une dynamique facile à observer, détaille Jacopo Colomba. Des femmes, généralement ivoiriennes [la mafia nigériane, très active il y a quelques années dans la ville, a elle vu son activité baisser, NDLR] arrivent par train de Milan ou de Gêne et sont tout de suite accueillies par une personne de leur nationalité. Elles sont menées près du fleuve. D'autres personnes les attendent et un échange de papiers a lieu. Puis, elles sont conduites dans des maisons, nous ne savons pas où exactement." L'humanitaire, qui précise avoir prévenu la police mais ne pas savoir si "le mot a circulé", assure que ces femmes sont par la suite intégrées à des réseaux de prostitution en France et notamment à Marseille.

Dlia grante du caf Hobbit surnomme Mamma Africa vient en aide aux migrants en leur offrant leurs consommations quand ils ne peuvent pas payer Crdit  InfoMigrants"Les femmes ne sont pas inexistantes à Vintimille mais elles sont invisibles", affirme pour sa part Adèle, membre de l'association Kesha Niya, durant une distribution de nourriture à laquelle participent uniquement des hommes. "C'est dur de savoir comment elles vont et où elles sont."

Auparavant le camp de la Croix-Rouge hébergeait plusieurs d'entre elles. En cela non plus, sa fermeture n'a pas été bénéfique.

Loin des trafics et des luttes de pouvoir, il reste un lieu à Vintimille où le business est un vilain mot. Le café Hobbit, tenu par la charismatique Delia, engrange même si peu de recettes que le commerce peine à ne pas mettre la clé sous la porte. Car Delia sert boissons et focaccias gratuites aux personnes dans le besoin depuis plusieurs années. Cet élan de générosité, inspiré par l'afflux de migrants dans la ville, a fait fuir les locaux. Eux ne mettent plus les pieds dans "le café des migrants". "Mon commerce est un désastre", dit Delia, sans songer une seconde à changer de stratégie. Pour la gérante, les passeurs, les migrants laissés à l'abandon, la frontière italo-française et ses contrôles incessants, tout cela s'inscrit dans une même logique, qu'elle refuse de suivre. "Tout dans ce monde est affaire d'argent et de profit. La seule chose qui ne rapporte rien, c'est sauver les êtres humains."

A la Une/Grand angle
Crédits
Texte : Charlotte Oberti
Photos : Charlotte Oberti
Edition : Amara Makhoul